Publié le : 22nd juin 2021

raïssi iran

CSDHI – Le 18 juin 2021 a marqué un tournant dans l’histoire de l’Iran. Cet événement, comme l’ont présenté les médias du régime, a entraîné la formation d’une « dichotomie entre le vote et le non-vote. »

Cette dichotomie était un signe clair que la société iranienne avec toutes ses strates n’acceptait et ne tolérait plus ce régime totalitaire.

Craignant ce résultat, le Guide suprême du régime, Ali Khamenei, a demandé à la population avant ce jour de participer et de ne pas fuir les urnes.

« Fuir les urnes ne résout pas le problème. Les plaintes des gens sont valables, mais leurs conclusions ne sont pas correctes, tout le monde doit participer aux élections. »

L’opposition démocratique affirme que les autorités ont exagéré le taux de participation aux scrutins par un facteur de cinq. Par ailleurs, les reporters de la Résistance iranienne ont publié des vidéos de bureaux de vote déserts.

Et ce paradoxe devient réel lorsque le président « élu » Ebrahim Raïssi demande au peuple : « Tout le monde est déçu. Le peuple a des difficultés à participer aux élections pour une raison quelconque. J’adhère à tout ce que j’ai dit pendant la campagne. »

En fin de journée, l’agence de presse Fars a annoncé de manière inattendue la participation de 22 millions de personnes (environ 37%) à 19 heures.

Cependant, le boycott des élections par le peuple iranien a atteint un niveau tel que même l’ingénierie consistant à quadrupler les votes dans les urnes n’a pas permis d’annoncer un pourcentage de participants supérieur à 50 %. Cela signifie que même en tenant compte de ces chiffres, plus de 50 % des Iraniens n’ont pas participé aux élections.

Le chiffre réel est inférieur à 10%. Et Raïssi est un président à 10%. Le nombre de votes nuls qui est plus élevé que les votes annoncés des autres candidats dans cette élection fictive parle de lui-même.

Il n’est pas rare de déclarer la victoire d’une élection truquée et d’un gouvernement totalitaire sans la supervision des organisations internationales. En déplaçant 11 millions de Syriens et en tuant plus d’un demi-million de Syriens, Bachar el-Assad a organisé des élections sur un terrain sanglant. Et il s’est déclaré seul vainqueur avec 95,1 % des voix.

Aujourd’hui, Raïssi est le président le moins soutenu et le plus fragile de l’histoire du régime :

« Il y a eu beaucoup de discussions pendant les élections et de mauvaises choses ont été faites par certains centres, notamment le Conseil des gardiens. Mais c’était terminé. Le nombre de votes nuls montre le sérieux du peuple dans la transmission de son message. Mais ne nous plaignons pas. Ne cherchons pas le coupable. Ne nous plaignons pas en vain. La plupart des partis politiques sont venus pour augmenter la participation. Mais cela ne s’est pas produit. La plupart des gens ne le voulaient pas ». (Agence de presse officielle SNN, 19 juin 2021)

La vérité est qu’avec Raïssi comme président, Khamenei a supprimé cette couche d’isolation entre le peuple et lui-même. Désormais, lui et son président doivent faire face à la fureur et aux protestations sans retenue du peuple. Cela conduira sans aucun doute à leur renversement.

Le temps de se cacher derrière des alibis comme l’incompétence du « gouvernement de la prudence et de l’espoir » (Rouhani) et des « libéraux occidentaux » et de jouer le rôle de l’opposition au gouvernement et de s’occuper de la vie du peuple est terminé.

Le temps du bonheur du régime sera bientôt terminé. Les véritables contradictions et conflits avec le peuple se manifesteront.

Mohammad-Ali Abtahi, un religieux du gouvernement : « Au lieu des protestations traditionnelles, nous savons que le travail de Raïssi est très difficile. Aussi, dans le pays, à cause du manque de bonne compagnie. Et à l’étranger en raison d’une coopération indésirable. » (Agence de presse officielle SNN, 19 juin 2021)

Comme l’a avoué l’un des éléments du régime, Mehdi Jamshidi, membre de la faculté du département de la culture et de la recherche, de l’institut de la culture et des études sociales, de l’institut de la culture islamique, et de l’idéologie :

« Nous avons obtenu des votes d’une société qui était « immergée en elle-même’ et qui avait perdu sa « confiance politique. » Une société dont le cœur était plein de « douleurs vives » et dont le « cri » était brisé dans la gorge. Aujourd’hui, même une « petite erreur » est une « grosse erreur » ; un « faux pas » empoisonne la confiance politique du peuple et intensifie les divisions et les mécontentements.

« Plus que jamais, nous avons besoin d’une « précision miniature » et d’une « sensibilité étroite ». Nous ne devons pas nous permettre de « faire des erreurs ». Cette opportunité est « historique » et ne s’obtient pas facilement. Nous avons payé des coûts exorbitants pour atteindre cette destination.

« Répéter l’expérience de la chute d’Ahmadinejad est la chose la plus dangereuse et la plus mortelle qui puisse arriver. La caravane traverse l’ « encolure » et a besoin de beaucoup de soins et d’attention. Nous devons nous inculquer que nous n’avons pas le « droit à l’erreur ».

L’ère des « essais et erreurs » est terminée, et nous devons sortir de ces « cercles vicieux » et ne pas répéter une expérience amère « encore » et « plusieurs fois » (Bultan News, 19 juin 2021).

Dans les nouvelles coordonnées de Khamenei et de son président, il n’y a aucune possibilité d’erreur. La première erreur peut être la dernière, parce que la société iranienne a prouvé le 18 juin qu’elle cherche son changement de destin non pas à travers les urnes de ce gouvernement, mais en dehors de celui-ci.

Raïssi est devenu le chef d’un gouvernement qui est basé sur le cratère d’un volcan battu par le mécontentement et la fureur du peuple.

Source : Iran Focus (site anglais)