Publié le : 20th janvier 2020

maliheh hassani haji exécutée prison iranCSDHI – La nouvelle de l’exécution d’une seule de ces femmes a été annoncée par les médias officiels iraniens, et par le CSDHI, le 16 janvier  dernier. L’Iran est le détenteur du record mondial des exécutions de femmes.

Le 14 janvier, l’Iran a procédé à l’exécution de deux femmes, dans les villes de Chiraz et Mashhad, portant à 105 le nombre de femmes exécutées au cours des six années de présidence d’Hassan Rouhani.

Maliheh Haji Hassani a été exécutée pour meurtre le 14 janvier à la prison d’Adelabad à Chiraz, la capitale de la province de Fars.

La femme de 29 ans a été pendue après avoir passé trois ans dans le couloir de la mort.

Le même jour, une autre femme du nom de Sara M. a été exécutée à la prison de Mashhad, a rapporté l’agence de presse officielle Rokna, le 14 janvier 2020.

Sara M. a été arrêtée en 2016 à l’âge de 32 ans. L’exécution a été effectuée à la prison centrale de Mashhad la semaine dernière. Cette iranienne de 35 ans a passé trois ans dans le couloir de la mort, avant sa pendaison. Les médias officiels n’ont pas encore annoncé la date exacte de l’exécution.

Avec ces exécutions, le nombre total de femmes exécutées durant le mandat de Rouhani atteint le chiffre de 105.

En 2019, les autorités iraniennes ont pendu 16 femmes en même temps que l’augmentation de la répression et des exécutions en Iran. Rien qu’au cours des trois semaines de décembre 2019, six femmes ont été exécutées dans diverses prisons iraniennes.

Le nombre réel d’exécutions est beaucoup plus élevé parce que la majorité des exécutions en Iran sont effectuées secrètement, à l’abri des regards du public où seuls les décideurs et les coupables sont témoins d’eux.

De nombreuses femmes attendent actuellement leur exécution en prison. Certaines de ces femmes sont détenues dans la prison de Qarchak dans le couloir de la mort. Ces femmes sont pour la plupart des mères et ont plusieurs enfants.

L’Iran est le premier bourreau des femmes. En raison de l’échec du régime clérical à catégoriser les meurtres délibérés en fonction de leurs degrés, quiconque commet un meurtre est condamné à mort, indépendamment de ses motifs. De nombreuses femmes reconnues coupables de meurtre en Iran sont elles-mêmes victimes de violences et ont commis des meurtres en état de légitime défense. Les procès et les peines prononcés sont extrêmement injustes.

Source : Iran HRM

Nouvelles associées