Publié le : 19th janvier 2021

execution-iranCSDHI – Selon l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), le régime iranien a procédé à l’exécution d’au moins 11 prisonniers dans différentes provinces, la semaine dernière.

Haine du peuple pour le régime des mollahs

A la suite des remarques du Guide suprême Ali Khamenei interdisant aux responsables d’acheter des vaccins Covid-19 américains, britanniques et français, le régime fait face à une nouvelle vague de haine et de méfiance de la part de la population.

À cet égard, le régime a intensifié les mesures d’oppression, y compris l’application de la peine de mort, pour réprimer d’éventuelles protestations avant qu’elles ne commencent. Les observateurs comparent la récente décision de Khamenei d’interdire le vaccin avec sa décision d’augmenter le prix de l’essence. Celle-ci avait déclenché d’importantes protestations à la mi-novembre 2019.

Manifestations de 2019 contre le régime

En novembre 2019, quelques heures seulement après que le gouvernement ait annoncé une augmentation d’environ 200 % du prix de l’essence, des centaines de milliers de citoyens lassés sont descendus dans la rue dans plus de 190 villes. Ils ont exprimé leur colère contre le plan de pillage du régime. Et ils ont exigé que les autorités le révoquent.

En réponse, lors de sa conférence du 17 novembre 2019, Khamenei a ordonné de manière flagrante aux forces oppressives, les Forces de sécurité de l’État (SSF), les pasdarans (IRGC) et ses filiales, et le ministère du renseignement et de la sécurité (MOIS) de faire tout ce qui était en leur pouvoir pour mettre fin à la protestation nationale.

1500 personnes tuées

Au cours de la répression sanglante des manifestants sans défense, le régime a tué au moins 1 500 manifestants. Il a blessé environ 8 000 citoyens et spectateurs. Et il a capturé et torturé plus de 12 000 manifestants, selon les dissidents.

Cependant, en deux jours seulement, les citoyens fatigués ont montré la faiblesse des mollahs et leur triste sort. Depuis lors, les autorités se mettent fréquemment en garde contre une nouvelle série de manifestations. Lesquelles pourrait mener à la fin de la dictature religieuse en Iran.

À cet égard, les récents commentaires de Khamenei ont alimenté la colère des Iraniens contre l’ensemble du régime. Et notamment quand le décideur final du régime a clairement annoncé son intention de faire mourir davantage de citoyens. Dans de telles circonstances, le Guide suprême ressent la déception de la société d’une part, et son empressement à se soulever d’autre part.

Le régime utilise tous les moyens pour dissuader le peuple de se révolter

C’est pourquoi il a donné à l’avance un ordre de suppression pour empêcher toute étincelle d’objection, selon les opposants. Compte tenu de la faiblesse du régime et de la situation instable de la société, les autorités sont profondément préoccupées par tout mouvement. Par conséquent, elles répriment tout mouvement par la violence.

Ils annoncent également l’exécution de prisonniers sans défense pour vanter leur cruauté envers la société. Cependant, elles envoient simultanément ce message au peuple qui se trouve dans sa condition la plus faible. Les preuves montrent que les citoyens iraniens ont saisi la faiblesse du régime, et les récentes protestations soulignent cette réalité.

Victor Hugo a déclaré : « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue ». Il semble que la dictature religieuse qui dirige l’Iran n’en saisisse pas encore le sens.

Source : INU

Nouvelles associées