Publié le : 19th janvier 2021

protestation-de-novembre-2019-iranCSDHI – Un ancien député iranien, Emad Afrough, a averti les responsables que si le régime continuait à négliger les Iraniens, cela alimenterait les protestations.

Oublier le peuple risque de le couper définitivement du régime

« Oublier le peuple signifie créer un fossé entre le pouvoir politique et le pouvoir social, ce qui ouvrira la voie à la crise, aux émeutes et aux troubles », a déclaré le sociologue intransigeant au quotidien officiel Etemad.

Emad Afrough a souligné que « la station du peuple en République islamique peut être à la fois une menace et une opportunité » pour le régime dans la prochaine décennie.

« Il semble que nous ayons de plus en plus oublié l’origine principale de cette révolution qui est le peuple. Le poids que nous accordons au pouvoir politique n’est en aucun cas égal à celui que nous accordons au pouvoir social », a ajouté M. Afrough.

La négligence actuelle du régime est une grande menace

Il a déclaré que la négligence actuelle du régime était une grande menace. Afrough a également déclaré que les besoins, les demandes et le pouvoir du peuple ne devaient pas être oubliés.

« Nous ne pouvons pas négliger le peuple. Nous n’avons aucune justification religieuse à cet égard. Autant le décret des dirigeants est religieux, autant la présence et la supervision du peuple sont également religieuses », a ajouté l’ancien député.

Il a déclaré que si le régime n’avait pas le soutien de la population, il était fondamentalement illégitime.

« Porter attention au peuple est une opportunité et le négliger est une menace. Malheureusement nous sommes actuellement sur le chemin de la menace, si ce n’est le point culminant de la menace », a-t-il dit en ajoutant qu’un changement de politique était nécessaire.

Ce n’est pas la première fois que les responsables iraniens mettent en garde contre un mécontentement généralisé dû à la pauvreté.

Vers un mécontentement généralisé à cause de la pauvreté

En juin 2020, un ancien responsable iranien a déclaré que les Iraniens se révolteraient contre le régime dans un avenir proche, alors que la monnaie iranienne atteint un nouveau plancher par rapport au dollar. Mostafa Tajzadeh, ancien ministre de l’intérieur et de la culture sous le gouvernement de Khatami à la fin des années 90, a averti le régime qu’ « un nouveau phénomène de citoyens rebelles qui ont perdu leurs illusions sur les urnes et les réformes » est apparu en Iran et qu’ »ils peuvent descendre dans la rue à tout moment ».

En octobre 2020, un homme politique de la faction dite « réformiste » a averti que le mécontentement populaire s’était accru depuis novembre 2019, lorsque des milliers d’Iraniens sont descendus dans la rue pour protester contre le gouvernement. Ses remarques sont arrivées un jour après qu’un politicien de la ligne dure ait déclaré que, sans la répression brutale contre les manifestants en 2019, le régime serait tombé.

Un analyste économique du régime iranien a déclaré en décembre 2020 que d’autres manifestations étaient imminentes si un changement économique fondamental n’était pas effectué. Hossein Raghfar a déclaré dans une interview au quotidien officiel Sharq Daily : « Beaucoup de ceux qui occupent des postes de décision importants comprennent les circonstances sensibles et savent qu’il n’est pas possible de continuer ainsi. Mais pour éviter les convulsions (comme nous l’avions fait auparavant), nous avons besoin d’un changement fondamental ».

Source : Iran News Wire