Publié le : 6th août 2020

narges mohammadi iranCSDHI- Narges Mohammadi, une journaliste iranienne emprisonnée dans son pays depuis 2015 pour avoir défendu les droits humains et qui a dit à ses partisans le mois dernier qu’elle présentait des symptômes du coronavirus, semble s’en être remise, selon son mari.

Dans un message écrit envoyé mardi à VOA Persan, le mari de Mohammadi, Taghi Rahmani, qui vit en exil à Paris, a déclaré que la phase dangereuse de la maladie de sa femme était passée. M. Rahmani a déclaré que sa femme risquait de graves complications de santé si la maladie s’était étendue à ses poumons, déjà entravés par une maladie préexistante.

M. Rahmani a d’abord alerté le Centre pour les droits de l’homme en Iran, basé à New York, de la maladie de Mme Mohammadi le 7 juillet, disant qu’il avait appris que sa femme et plusieurs de ses compagnes de cellule à la prison de Zanjan dans le nord-ouest de l’Iran présentaient des symptômes de coronavirus depuis le début du mois.

Mme Mohammadi a par la suite confirmé ses symptômes dans une lettre qu’elle a envoyée de la prison à ses partisans, qui l’ont publiée en ligne le 13 juillet. Dans sa lettre, elle se plaignait également du fait que les autorités de la prison refusaient de l’informer des résultats d’un test de coronavirus qu’ils lui avaient administré le 8 juillet.

Dans son message du mardi à VOA, M. Rahmani n’a pas précisé la date de son dernier contact avec sa femme ni le moyen de communication qu’ils avaient utilisé. Il n’y avait pas non plus de nouvelles de M. Rahmani concernant les résultats de son test de coronavirus.

Le mari de Mohammadi a déclaré qu’elle avait toujours besoin de soins médicaux spécialisés en dehors de la prison pour soigner sa maladie pulmonaire préexistante et son système immunitaire affaibli à la suite des opérations chirurgicales en 2018 et 2019, ainsi que pour les coups qu’elle a reçus lors de son transfert à Zanjan en décembre.

Dans une déclaration du 13 juillet, Amnesty International a indiqué que les geôliers iraniens de Mohammadi avaient refusé qu’elle reçoive des soins médicaux en dehors de la prison depuis son transfert violent à Zanjan depuis la prison Evine de Téhéran le 24 décembre. Le groupe a déclaré que le refus délibéré de l’Iran de fournir des soins de santé à la dissidente pouvait être assimilé à de la torture.

L’organisation a également déclaré que Mohammadi et les autres femmes détenues à la prison de Zanjan souffrent de la surpopulation, d’une mauvaise ventilation, d’installations sanitaires sales et insuffisantes, et du manque de produits adéquats pour faire la vaisselle et laver leurs vêtements et maintenir une hygiène élémentaire.

« La prison de Zanjan n’est pas un endroit approprié pour la garder, parce que les pressions de son environnement restrictif sont trop fortes pour elle », a déclaré Rahmani, en référence à sa femme.

Il a ajouté que le gouvernement iranien semble avoir deux raisons de garder Mohammadi à la prison : se venger de son travail en faveur des droits humains et faire taire d’autres militants.

Mohammadi était le porte-parole du Centre pour les défenseurs des droits de l’homme en Iran lorsqu’elle a été arrêtée en mai 2015.

Les autorités iraniennes ont déclaré qu’elle avait été détenue afin de recommencer à purger une peine de six ans de prison à partir de 2011 liée à son travail pacifique pour l’organisation. Cependant, ils l’ont de nouveau condamnée en mai 2016 à 16 ans de prison pour son implication dans un autre groupe de défense pacifique, la Campagne pour l’abolition graduelle de la peine de mort. En vertu de la loi iranienne, la durée effective de sa peine a été réduite à 10 ans.
Cette année, les autorités iraniennes ont porté plusieurs nouvelles accusations liées à la sécurité nationale contre Mohammadi pour son militantisme pacifique en faveur des droits humains en prison. Ces affaires menacent de garder la dissidente de 48 ans encore plus longtemps en prison.

Source : VOA

Nouvelles associées