Publié le : 13th août 2020

protestations gaz pétrole iranCSDHI – Les travailleurs de plusieurs raffineries et industries pétrolières, gazières et pétrochimiques en Iran se sont mis en grève, protestant contre les retards de paiement des salaires et réclamant les pensions qui leur sont refusées depuis longtemps.

Mardi, les travailleurs des industries pétrolières, gazières et pétrochimiques iraniennes ont organisé leur manifestation nationale pour la onzième journée consécutive.

Les travailleurs des entreprises Tanesh Gostar, Omran Sanat, Farzin Moradi, Rugby Pouya, Gil Sanat et Kayhan Pars ainsi que de plusieurs centrales électriques étaient en grève. La raffinerie de Bidkhoon et l’Iran Ring of Industry Company ont été complètement fermées.

Les responsables de ces entreprises tentent de récupérer les travailleurs en faisant des promesses de dons par l’intermédiaire des entrepreneurs et d’autres agents, car ils sont terrifiés à l’idée que les grèves se poursuivent, ce qui entraînerait non seulement une baisse des profits, mais aussi, potentiellement, une paralysie du pays en raison d’un manque d’énergie. Cependant, les grèves se poursuivent.

Lundi, des infirmières d’Oroumieh, dans le nord-ouest de l’Iran, se sont rassemblées devant le bureau du gouverneur pour protester contre les retards de plusieurs mois dans le paiement de leurs salaires. La plupart des infirmières travaillaient dans les services de lutte contre le coronavirus de leurs hôpitaux, citant le fait que ni leurs salaires, ni leurs heures supplémentaires n’avaient été payées depuis le mois de mars.

Elles protestaient également contre l’augmentation de leurs heures de travail et contre le fait que les heures supplémentaires étaient désormais obligatoires. Ils ont déclaré que leur temps de travail était passé de 160 heures par mois à 175 heures sans augmentation de salaire et que toutes les infirmières se voyaient imposer 50 heures supplémentaires obligatoires par mois.

C’est la faute du régime, qui sait depuis des années qu’il n’a pas assez d’infirmières pour faire face aux admissions quotidiennes à l’hôpital, et encore moins lors d’une pandémie que les mollahs n’ont pas réussi à contrôler. Il a toujours été criminel de ne pas recruter des infirmières parfaitement formées afin d’économiser de l’argent au détriment de la vie des gens et cela équivaut aujourd’hui à un génocide.

Pendant ce temps, les employés du plan de réforme du système de santé se sont rassemblés devant le bureau du gouverneur du Khouzistan pour exiger :

– la mise en œuvre du plan de classification des emplois
– le paiement régulier des salaires
– le changement de statut
– l’élimination des sociétés contractantes

Lundi également, les travailleurs de la compagnie des eaux et des eaux usées d’Ahwaz se sont rassemblés pour protester contre les retards de paiement de leurs salaires devant le bâtiment de la compagnie des eaux et des égouts du Khouzistan.

Ces industries – électricité, soins de santé et traitement de l’eau – sont les véritables entreprises qui aident le pays à continuer à fonctionner. Les employés méritent le respect, sinon le régime pourrait bientôt se rendre compte que le soulèvement qui entraînera leur chute pourrait arriver très vite.

Source : INU

Nouvelles associées