Publié le : 14th octobre 2020
campagne de terreur

Les agents d ela Force NOPO

CSDHI – Le régime clérical a intensifié ses mesures répressives et ses campagnes de terreur dans tout le pays. Indéniablement, il craint l’état instable de la société iranienne.La société s’appauvrit chaque jour. Elle est privée des ressources minimales pour faire face au coronavirus mortel. Pour toutes ces raisons, il est très probable que des manifestations de colère éclatent.

Le pouvoir judiciaire iranien, les pasdarans, les Forces de sécurité de l’État (SSF) et les forces paramilitaires du Bassidj sont tous engagés dans divers plans coordonnés pour empêcher l’explosion, la propagation et la poursuite des protestations.

Ces plans ont non seulement la bénédiction du Guide suprême des mollahs, Ali Khamenei. Mais, ils sont exécutés sur son ordre. Ceci a été reconnu par le Majid Mir Ahmadi, l’adjoint par intérim du renseignement et de la sécurité de l’état-major des forces armées du régime.

1 831 jeunes hommes ont été arrêtés en un mois seulement dans le cadre des campagnes de lutte contre les « truands et les voyous. »

Chronologie des mesures répressives

La plus grande priorité des SSF

26 août 2020 – Qassem Rezaii, commandant par intérim du SSF : « Le quartier général central chargé de la lutte contre les voyous et les malfrats et ses antennes ont commencé leur travail dans la capitale et dans les villes des autres provinces. S’occuper des voyous et des bandits est la plus haute priorité de la Force de sécurité de l’État. »

17 septembre 2020 – Mohammad Reza Mir-Heydari, commandant des forces de sécurité de la province d’Ispahan : « Des groupes spéciaux ont été formés à Ispahan pour s’occuper des voyous et des truands, de manière rapide et décisive et de manière concertée… Le quartier général chargé de s’en occuper a commencé son travail dans la province d’Ispahan il y a un mois… Toutes les unités des SSF et de la police spéciale ont reçu pour instruction de surveiller ces délinquants à tous les niveaux. Ils sont tenus également de prendre des mesures pour les arrêter et les remettre aux autorités judiciaires. »

Nous allons briser le coups des voyous

17 septembre 2020 – Hossein Rahimi, chef de la police du Grand Téhéran : « Les voyous et les truands, nous allons les faire tomber d’un piquet. Nous allons leur briser le cou. Nous traiterons ces individus de la manière la plus sévère possible, conformément à la loi… Avec l’insistance particulière du chef du pouvoir judiciaire, la police est intervenue ces derniers jours et s’occupe des bandes de voyous. Beaucoup d’entre eux n’ont pas éprouvé de regrets. Bien qu’ils purgent leur peine, ils poursuivent leurs actions criminelles. »

17 septembre 2020 – Les médias officiels iraniens : Un certain nombre de voyous et truands ont défilé avant midi dans le district de Tehranpars, à Téhéran.

Nous soutenons pleinement la police

22 septembre 2020 – Hassan Madadi, procureur révolutionnaire de la province d’Alborz : « Nous soutenons pleinement les actions de la police dans sa lutte contre les voyous. C’est à dire contre ceux qui perturbent l’ordre public. »

26 septembre 2020 – Ali Azadi, commandant des SSF de la province du Kurdistan : « Les forces de sécurité de l’État à Marivan ont arrêté 27 voyous dans cette ville de la province du Kurdistan. »

28 septembre 2020 – Hossein Rahimi, chef de la police du Grand Téhéran : « Nous avons identifié 125 endroits. Les cafés, les restaurants, les clubs de culturisme, les parcs et les zones de loisirs en font partie. C’est là que les truands passaient leur temps et nous en avons arrêté 389. »

La police du grand Téhéran intensifie sa répression

29 septembre 2020 – Les forces de police du Grand Téhéran ont mené une opération de répression. Elles ont arrêté des malfrats dans le parc Daneshjoo. Les agents du poste de police n° 129 de l’avenue Jami et les brigades de tueurs à gages du 8ème poste de la police préventive du Grand Téhéran ont participé à cette opération. Le SSF a intensifié ses plans de lutte contre les voyous depuis quelques temps déjà, ont rapporté les médias officiels.

30 septembre 2020 – Mohammad Moussavi, commandant des FSS du Gachsaran : « Les agents des SSF ont arrêté quelques 600 délinquants, dans cette ville depuis le 5 septembre. Ils ont agi dans le cadre de la quatrième phase d’amélioration de la sécurité sociale… Ils ont mis environ 310 véhicules et 130 motocyclettes en fourrière. »

30 septembre 2020 – Iman Shahsavari, procureur révolutionnaire de Rafsanjan : huit voyous ont été arrêtés. S’occuper des personnes qui mettent en danger l’ordre et la sécurité dans la société sera dur et décisif pour les faire regretter. »

Des vagues d’arrestations

1er octobre 2020 – Rahambakhsh Habibi, commandant des SSF de la province du Fars : « 780 des voyous et des truands de cette province ont été arrêtés au cours des six premiers mois de l’année… Une base tactique pour réprimer les voyous dans la province du Fars a commencé son travail depuis le mois d’août. Les agents ont arrêté 216 voyous et les ont remis aux autorités judiciaires depuis lors. »

1er octobre 2020 – Les médias officiels ont rapporté que plusieurs jeunes ont défilé dans la ville de Rasht, capitale de la province de Gilan. Les qualifiant de « principaux éléments de méfaits à l’hôpital Poursina », La police les a arrêtés. Ils ont défilé ce midi sur ordre du pouvoir judiciaire dans ce lieu et en public.

1er octobre 2020 – Azizollah Maleki, haut responsable des SSF à Gilan : « La police et le pouvoir judiciaire sont déterminés à s’attaquer de la manière la plus décisive à quiconque perturbe l’ordre public. »

Les perturbateurs seront sévèrement réprimés

5 octobre 2020 – Hossein Ashtari, chef de la police iranienne : « Les forces de sécurité de l’Etat traitent de manière décisive les perturbateurs de l’ordre et de la sécurité. Et c’est une sorte de dévotion. »

5 octobre 2020 – Ebrahim Raisi, le chef de la justice iranienne : « S’occuper de manière décisive avec les malfaiteurs, les voleurs et les extorqueurs. Les procureurs devraient coopérer comme auparavant. La clémence juridique n’inclut pas les méchants qui ont un casier judiciaire. »

5 octobre 2020 – Ali Akbari Bay, commandant des SSF de la ville de Minoudasht : « Les policiers ont réussi à identifier la cachette de trois célèbres voyous dans le Minoudasht. En coordination avec les autorités judiciaires, le régime a arrêté et transféré les accusés au quartier général de la police. »

Le Guide suprême veut assécher les racines de la délinquance

5 octobre 2020 – Majid Mir Ahmadi, adjoint aux renseignements et à la sécurité des forces armées iraniennes : « En tant que représentant du chef d’état-major des forces armées, j’annonce aujourd’hui que la principale exigence du Guide suprême et du commandant en chef est d’assécher les racines du manque de sécurité dans la communauté. »

5 octobre 2020 – Les médias officiels iraniens ont publié des vidéos et des informations sur la dégradation publique d’un homme identifié comme M. Sh. Le régime l’a accusé de « comportement violent public. »

7 octobre 2020 – Plusieurs hommes défilent dans les rues devant le centre commercial Aladdin à Téhéran. Un agent de sécurité frappe constamment à la tête et bouscule l’un d’eux. Ce dernier utilise un langage vulgaire dirigé contre lui-même pour « s’excuser » de ses actes.

12 octobre 2020 – Le chef de la police de Téhéran, Hossein Rahimi : « Nous arrêtons de nombreux criminels chaque jour. Nous ne serons pas liés par le battage publicitaire et la propagande. Certains veulent être sous les feux de la rampe. D’autres imitent les intellectuels… La police traitera avec la plus grande sévérité ceux qui violent les droits du peuple. »

Qui sont les hommes masqués et vêtus de noir qui torturent les jeunes dans les rues ?

Les hommes masqués et vêtus de noir torturent les jeunes dans les rues ou gardent les pendaisons publiques? Ce sont les membres de l’élite NOPO Force.

La NOPO travaille sous la supervision des Unités spéciales de la SSF. La SSF les déploie lorsqu’elles ont besoin d’utiliser une violence excessive pour contrôler une situation.

Leur mission est de réprimer les émeutes et les rassemblements de protestation. Ils participent à des opérations spéciales de prise d’otages, d’explosions, de nettoyage, etc.

L’ancien commandant du NOPO, Hassan Karimi, a déclaré que la force a joué un rôle déterminant dans le traitement des manifestations étudiantes en 1999 et 2009. Il a également annoncé que le NOPO avait créé une unité spéciale anti-émeute féminine qui s’occupera des manifestations impliquant des femmes.

La NOPO a été la force motrice de la répression sanglante contre les manifestants lors des soulèvements majeurs en Iran. C’est le cas des protestations de décembre 2017-janvier 2018, août 2018, novembre 2019 et janvier 2020.

Elle est la force responsable du massacre d’au moins 1500 manifestants en novembre 2019.

La NOPO a une branche dans chaque province qui opère en coordination avec le commandant des SSF de cette province. Cependant, l’unité spéciale centrale des SSF commande leurs opérations et poursuit leurs formations.

L’uniforme de la NOPO est entièrement noir. Le choix de la couleur a pour but de créer la peur et à terroriser le public.

Source : Iran HRM