Publié le : 7th janvier 2021
prison covid-19

Epidémie de la Covid-19 dans les prisons iraniennes

CSDHI – Même avant l’épidémie de la Covid-19, les conditions insalubres des prisons surpeuplées en Iran propageaient des maladies infectieuses parmi les détenus.

Une situation sanitaire qui a échappé à tout contrôle du régime

Au cours de l’année écoulée, tout indiquait que la situation allait être catastrophique. Pourtant, les responsables du pouvoir judiciaire iranien n’ont pris aucune mesure pour empêcher la propagation du virus dans les prisons. La situation a donc échappé à tout contrôle, le coronavirus a envahi toutes les prisons iraniennes.

Le surpeuplement des prisons, le manque de ventilation, le manque d’hygiène et d’équipement médical, et l’oubli délibéré des problèmes médicaux des prisonniers ont fait des prisons iraniennes un foyer de cette contagion mortelle.

De nombreuses prisons n’ont pas accès à suffisamment de désinfectants, de masques et de gants. Dans la plupart d’entre elles, les détenus ne pourraient pas se procurer de produits désinfectants même s’ils en payaient le prix.

Malgré les appels internationaux à protéger les prisonniers, le régime fait la sourde oreille

Les appels répétés des institutions internationales des droits humains au cours des derniers mois, pour la libération des prisonniers politiques, n’ont pas été entendus par le pouvoir judiciaire iranien.

Pour commencer, le régime iranien ne libère pas les prisonniers politiques et de conscience.  Mais en plus, il arrête et détient de plus en plus de dissidents. En effet, le régime clérical a profité de l’épidémie pour causer la mort de ses opposants.

Il n’existe pas de statistiques précises sur le nombre de cas COVID-19 dans les prisons. Le nombre de prisonniers infectés, hospitalisés ou morts sont gardés secrets. Car le régime iranien n’a pas été transparent à cet égard.

Une liste de décès dus à la COVID-19 qui s’allonge chaque jour

Néanmoins, les nouvelles provenant de l’intérieur des prisons indiquent qu’un grand nombre de prisonniers à travers l’Iran ont contracté le virus. Chaque jour, des informations font état de décès de détenus à cause du manque de ressources médicales et sanitaires.

Dans un communiqué de presse du 31 juillet 2020, Amnesty International a révélé une correspondance officielle sur l’épidémie de la Covid-19 dans les prisons. Elle contredisait les démentis officiels. Il disait : « Les autorités iraniennes doivent cesser de nier la crise sanitaire dans les prisons iraniennes. Ils doivent prendre des mesures urgentes pour protéger la santé et la vie des prisonniers. »

Un coup d’œil sur les conditions de vie dans certaines prisons de différentes villes témoigne des conditions épouvantables qui règnent dans toutes les prisons iraniennes.

Prison d’Evine

« Un tsunami de mort », c’est ainsi que les prisonniers politiques détenus dans la prison d’Evine ont décrit la situation dans cette prison dans une lettre après le déclenchement de la contagion. La majorité des prisonniers des quartiers 4, 7 et 8 ont contracté le virus. Le dispensaire de la prison leur a cependant donné des tranquillisants.  Et il les a renvoyés dans leur quartier. Les détenus infectés ont été informés : « Même si votre test est positif, nous ne pouvons pas vous laisser rester au dispensaire. Reposez-vous dans le service. » De cette manière, d’autres détenus ont également été exposés au virus. Et logiquement, le nombre de cas a augmenté. Le dispensaire d’Evine ne gardait que ceux qui étaient dans un état critique.

Douze des 17 détenus du quartier 8 de la prison d’Evine ont été testés positifs le 9 août 2020. Les agents carcéraux avaient choisi les détenus au hasard. Le quartier 8 est le lieu d’incarcération des prisonniers politiques.

Le Pénitencier du Grand Téhéran

Le dispensaire du Pénitencier du Grand Téhéran manque de ressources médicales essentielles. Récemment, certains prisonniers ont protesté contre l’absence d’infirmières et de médecins dans la clinique. A la suite de cela, les autorités pénitentiaires ont envoyé un auxiliaire médical à la clinique du pavillon 2. L’environnement de la clinique est contaminé. Même les déchets infectieux ne sont pas évacués avant plusieurs jours. Les autorités pénitentiaires ont refusé de donner des masques et des désinfectants aux détenus malgré l’épidémie. Le manque d’équipement médical, la pénurie d’eau et de désinfectants, l’insuffisance et la mauvaise qualité de la nourriture, ainsi que les cellules surpeuplées sont couramment signalés.

En novembre, les autorités ont arrêté plusieurs prisonniers politiques lors des manifestations de novembre 2019 et détenus au GTP. Celles-ci se sont vu refuser un traitement médical malgré les symptômes de la COVID-19 tels que fièvre, frissons, vertiges, douleurs corporelles, maux de tête, diarrhée et vomissements.

Prison de Varamin à Qarchak

La prison de Qarchak ne dispose pas d’installations minimales de vie et de santé. Son environnement est particulièrement contaminé à cause de l’épidémie du coronavirus. Les détenus de Qarchak courent un risque sérieux de contracter le virus. De nombreuses informations de cette prison soulignent une hygiène et une ventilation insuffisantes, une atmosphère odorante, la présence de vermine, d’eau salée et d’aliments de mauvaise qualité.

Au cours des dix derniers jours de juillet, trois femmes se sont suicidées dans la prison de Qarchak pour différentes raisons, dont une infection par la COVID-19. Monireh Bahrami s’est pendue avec un tchador. Elle était détenue depuis avril 2020 sans avoir été jugée. Lorsqu’elle a appris qu’elle était infectée par le Coronavirus, elle s’est suicidée par peur de ses symptômes et de la pression qu’elle subissait en prison.

Prison d’Adelabad de Chiraz

La maladie COVID-19 s’est propagée dans la prison d’Adelabad. Elle a fait de nombreuses victimes parmi les détenus. Les personnes infectées par le virus ne sont ni soignées ni isolées. Les autorités pénitentiaires ont empêché l’envoi des détenus malades dans les hôpitaux municipaux. Malgré l’infection généralisée des détenus, les autorités pénitentiaires tentent de dissimuler et d’empêcher la fuite d’informations véridiques.

L’un des détenus a déclaré à propos des protocoles de santé dans cette prison : « La méthode de quarantaine dans cette prison n’est qu’une formalité. Les nouveaux arrivants sont censés être mis en quarantaine pendant 14 jours.  Mais en réalité, ils sont renvoyés dans leurs quartiers avant la fin de cette période. Certains détenus sont amenés dans le quartier juste après leur arrestation. Ils ne passent même pas par la quarantaine… L’air que nous respirons dans cette zone fermée est malsain. Il y a trop de prisonniers et la prison est surpeuplée. »

Prison centrale d’Oroumieh

Le nombre de décès dus à la maladie était déjà élevé dans la prison centrale d’Oroumieh. Avec l’apparition du coronavirus, la situation s’est considérablement aggravée. C’est l’une des prisons où le nombre de cas de la COVID-19 est le plus élevé.

Il n’y a même pas un seul médecin dans la clinique de la prison pour rendre visite aux détenus malades. De nombreux détenus malades sont dans un état critique sans avoir accès à un traitement médical minimum. Il n’y a qu’un seul infirmier pour le grand nombre de détenus. Cet infirmier ne s’occupe que de choses insignifiantes. Dans les faits, il n’est pas en mesure de répondre aux besoins de tous ceux qui s’adressent à la clinique.

Compte tenu des conditions désastreuses des normes de la prison centrale d’Oroumieh en ce qui concerne les protocoles sanitaires, et étant donné l’apparition du coronavirus, de nombreux détenus sont physiquement dans des conditions critiques. les autorités devraient les soigner mais elles ne le font pas.

Prison de Vakilabad de Mashhad

Les détenus de Vakilabad ou de la prison centrale de Mashhad n’ont pas les ressources sanitaires les plus élémentaires pour prévenir la propagation du virus. Les conditions minimales de santé n’existent pas dans les différents services de cette prison. En outre, les détenus ne peuvent absolument pas respecter la distanciation sociale dans cette prison en raison du grand nombre de détenus qui y sont incarcérés.

Les autorités ne donnent ni désinfectants ni savon liquide aux détenus. La seule mesure qu’elles prennent à l’égard des prisonniers malades, c’est de les mettre en quarantaine sans traitement médical nécessaire. Les seuls médicaments prescrits par les médecins de la prison sont ceux contre la fièvre et les maux de tête.

En novembre 2020, une source informée a déclaré que plusieurs détenus mouraient chaque jour dans cette prison à cause du coronavirus. Mais les autorités pénitentiaires empêchent cette nouvelle de se répandre. Ils déclarent qu’ils sont décédés de « mort naturelle. » Ils ne réalisent pas de tests COVID dans cette prison.

Prison Sepidar d’Ahwaz

Les conditions sanitaires sont vraiment désastreuses dans la prison de Sepidar à Ahwaz. Les autorités entassent les détenus dans de petites cellules. Notons au passage, qu’elles ne sont pas conçues pour autant de prisonniers. Cette situation entraîne la propagation de nombreuses maladies parmi les détenus.

Les toilettes et le système d’égouts posent des problèmes. Les cellules des prisons sont pleines de poux, d’insectes et de cafards. Les repas sont de très mauvaise qualité.

Une des femmes libérées de cette prison a expliqué les conditions sanitaires qui y règnent : « Il n’y a pas de médecin ou d’infirmière dans le centre de santé pour femmes. Le nombre de tentatives de suicide parmi les prisonnières est en forte augmentation. Les femmes qui tentent de se suicider espèrent un transfert au centre médical afin de pouvoir passer quelques jours dans un endroit où les conditions de vie sont meilleures, voire mourir. »

Source : Iran HRM