Publié le : 12th janvier 2021
protestations iran

Les protestations grondent en Iran

CSDHI – Le 9 janvier, les citoyens iraniens sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et protester contre les politiques de pillage et de profit du régime.

Au moins sept rassemblements et grèves le 9 janvier

A cet égard, des personnes de différents horizons ont organisé au moins sept rassemblements et grèves dans différentes villes.

Dans leurs protestations, les citoyens ont réclamé leurs droits inhérents. Ils ont fustigé les autorités et leurs représentants pour avoir doublé le dilemme économique de la société. Les soignants, les actionnaires, les retraités, les experts de la santé et les chauffeurs de camion se sont rassemblés pour protester et faire grève, samedi 9 janvier dernier.

Les soignants ont manifesté dans la province du Khouzistan. Les actionnaires boursiers de la province de Téhéran se sont réunis devant le bâtiment de la Bourse de la ville pour protester contre les échecs économiques du gouvernement. Des responsables dont lee président Rouhani ont fait des promesses creuses. En conséquence, de nombreux citoyens ont investi leurs économies sur le marché boursier de Téhéran. Cependant, il est maintenant évident toutes les promesses étaient une autre ruse des autorités. Cela leur permettait de compenser leurs déficits budgétaires massifs aux dépens des citoyens.

Rassemblement des actionnaires de Dey Bank

Dans la province de Téhéran, les actionnaires de la Dey Bank se sont rassemblés pour protester contre les crimes économiques de l’institution. En cas de violation flagrante, de recherche de loyers et de destruction des actions, le conseil d’administration de Dey Bank a retardé l’annonce de l’augmentation du capital de la banque.

Lors de leur protestation, les actionnaires ont demandé à Saeed Ohadi, chef de Bonyad-e Shahid [Martyr Foundation], en tant qu’institution mère de Dey Bank, de répondre à leurs questions.

Notamment, le 1 janvier, les actionnaires de la Dey Bank ont tenu un rassemblement devant le bâtiment central de la banque, rue Valiasr. Les manifestants ont exigé que le gouvernement confronte les institutions responsables.

« Ces protestations vont continuer, et nous, en tant qu’actionnaires, sommes venus ici pour avoir des réponses à nos questions. C’est notre droit légal », ont déclaré les actionnaires, en scandant : « Arjomandi, honte à vous, lâchez la Dey Bank. »

Sit-in des doctorants en sciences de laboratoire et en génétique médicale

Les docteurs en sciences de laboratoire et en génétique médicale de la province de Téhéran ont tenu un sit-in contre la récente décision de la Medical Apparatus Organization devant le bureau de l’organisation.

Dans un acte illégal, l’organisation a récemment cessé d’attribuer des licences de laboratoire à des docteurs en génétique médicale. Elle a renvoyé leurs cas au comité de vérification. Pourtant, toutes ces personnes avaient obtenu leur diplôme et reçu leurs certifications fiables leur permettant de démarrer leur entreprise.

Rassemblement des travailleurs de la canne à sucre de Haft-Tappeh

Dans la province du Khouzistan, pour la deuxième journée consécutive, les ouvriers et les employés du complexe de canne à sucre de Haft-Tappeh se sont rassemblés devant le bureau du conseil d’administration. Les manifestants se sont plaints de l’absence de suivi de leurs revendications par les dirigeants.

Ces dernières années, les travailleurs et les employés de Haft-Tappeh ont protesté contre la privatisation. En effet, celui-ci permet aux nouveaux dirigeants, en particulier le PDG Omid Assad-Beigi, de violer facilement leurs droits inhérents.

Un jour plus tôt, un groupe d’ouvriers et d’employés s’était réuni dans cette usine. Ils ont protesté parce que les responsables n’ont pas restitué ce complexe au secteur public. Ils ont également protesté contre la détention injuste de leurs collègues. ceux-là même qui ont défendu leurs droits et organisé des grèves et des sit-in.

Rassemblement des chauffeurs de camions

Dans la province du Sistan-Baloutchistan (comté de Ghasr-e Ghand), des camionneurs se sont rassemblés devant le gouvernorat local. Ils ont protesté contre la suppression du quota de carburant d’environ 300 camions par la compagnie pétrolière Chabahar.

« Avec la suppression du quota de carburant de ces camions, des centaines de personnes vont se retrouver au chômage », ont déclaré les manifestants. Le chômage augmente dans la province du Sistan-Baloutchistan. De nombreuses personnes doivent travailler dur pour un maigre salaire afin de nourrir leur famille.

D’autre part, les habitants de cette province connaissent les conditions de vie les plus difficiles. Ils se voient refuser les services publics comme l’eau courante et l’électricité. Dans de telles circonstances, la société soutenue par le régime conduirait des centaines de soutiens de famille et leurs familles à des conditions bien plus ignobles.

Au moins huit rassemblements et grèves le 10 janvier

Le 10 janvier, les citoyens iraniens ont organisé au moins huit rassemblements et grèves dans tout le pays pour exprimer leur colère et leur déception face au statu quo. A cet égard, des centaines de retraités sont descendus dans les rues de plus de 17 villes dans différentes provinces.

Lors de ces rassemblements, des personnes de différents horizons ont exprimé leur colère contre les entités et les individus liés au régime qui ont pillé leurs maigres économies.

D’autre part, les citoyens ont protesté contre la mauvaise gestion économique du régime. Elle a conduit des millions de familles iraniennes sous le seuil de pauvreté.

Source : INU