Publié le : 14th janvier 2021
Mehdi_Ali-Hosseini

Mehdi Ali Hosseini

CSDHI – Le 9 janvier 2021, un rapport de presse est publié en Iran sur l’exécution imminente du lutteur Mehdi Ali-Hosseini, 29 ans, pour un meurtre qu’il aurait commis il y a cinq ans.

Il attend la grâce de la famille de la victime

Les autorités devaient l’exécuter le 10 janvier. Cependant, il a obtenu une semaine pour demander la grâce de la famille de la victime et échapper à la potence. C’est ce qu’a déclaré son frère Hamzeh Ali-Hosseini à l’Agence de presse des étudiants iraniens (ISNA).

La famille de feu Gholami-Gheibi ne nous permet pas de venir chez eux. Mais les anciens sont intervenus. Et ils ont parlé à la famille. Donc, nous espérons, avec la grâce de Dieu, qu’ils consentiront à une grâce », a déclaré Hamzeh. « La réaction de la communauté sportive et les tentatives des champions de lutte pour contacter la famille de la victime ont été très utiles. »

Mehdi Ali-Hosseini a obtenu le titre de meilleur gréco-romain parmi les prisonniers du pays. C’est ce qu’a déclaré Hamid Sourian, vice-président de la Fédération iranienne de lutte.

Tous se mobilisent pour obtenir la pitié de la famille

Gholami-Gheibi est l’un des médecins les plus éminents de Dezful. Il a renoncé à toute rétribution contre Mehdi Ali-Hosseini afin que ce jeune athlète, qui a commis une grave erreur, ait une seconde chance de vivre », a déclaré Sourian, qui a remporté sept titres olympiques et mondiaux de lutte.

Le directeur général de l’organisation à but non lucratif Global Athlete, Rob Koehler, a tweeté le 9 janvier : « Les @Olympiques et la @lutte doivent immédiatement sanctionner le CNO iranien et la fédération de lutte pour sauver la vie de Mehdi Ali Hosseini. Les autorités ont assassiné Navid Afkari, le 12 septembre. Le CIO et l’UWW lui ont tourné le dos. Agissez maintenant avant qu’il ne soit trop tard. »

Habibollah Akhlaghi, un autre lutteur iranien bien connu, a également appelé à la pitié.

Donner une dernière chance de vivre à Medhi

« Malheureusement, ce que Mehdi Ali-Hosseini a fait il y a quelques années est une erreur regrettable. Une erreur qui s’est produite sur un coup de tête. Je supplie la famille Gholami-Gheibi de pardonner à ce jeune homme en signe de miséricorde », a déclaré M. Akhlagi dans une interview à ISNA.

Les agents du régime ont arrêté Mehdi Ali-Hosseini peu après un cambriolage bâclé du domicile du Dr. Gheibi-Gholami à Dezful, dans le sud-ouest de l’Iran, le 17 janvier 2006. Au cours de celui-ci, son fils (nom non publié) est abattu, a déclaré un ami d’Ali-Hosseini au Centre pour les droits de l’homme en Iran (CHRI) sous couvert d’anonymat le 12 janvier 2021.

« Au cours de ces cinq années, nous avions bon espoir que Mehdi serait gracié », a déclaré l’ami. « Nous ne nous attendions pas à entendre soudainement la nouvelle qu’il allait être exécuté sérieusement. »

Source : Le Centre pour les droits de l’homme en Iran