Publié le : 26th février 2021

baloutches-traines-hors-de-lhopital-iran

CSDHI – La nuit dernière, dans le sud-ouest de l’Iran, les forces de sécurité ont violemment traîné hors d’un hôpital des manifestants baloutches blessés. La population locale proteste depuis cinq jours. Et cela, depuis que les pasdarans ont ouvert le feu sur des transporteurs de carburant baloutches le 22 février à Saravan.

Les agents du régime traînent hors de l’hôpital des Baloutches blessés

Selon la campagne des activistes baloutches, les agents du régime ont traîné les manifestants baloutches blessés hors d’un hôpital de Shuru, près de Zahedan. Il s’agit de la capitale de la province du Sistan-Baloutchistan.

Des informations ont permis d’identifier quatre des détenus. Elles ont permis d’apprendre qu’un des manifestants blessés, Omar She Bakhsh, avait deux blessures par balle. Une à la main et une à la jambe.

« Les forces de sécurité ont d’abord conduit Omar à l’hôpital. Elles l’ont identifié ainsi que les personnes qui l’ont amené à l’hôpital. Puis ils les ont suivis jusqu’à leur domicile à Shuru et les ont arrêtés », a déclaré une source informée.

Les agents battent brutalement les détenus et les emmènent vers un lieu inconnu

D’autres informations locales indiquent que les forces de sécurité ont fait pression sur les dirigeants et les anciens de Shuru, Kurin et Qaleh Bid. Tous des points chauds de la protestation, pour qu’ils demandent l’arrêt des manifestations et qu’ils livrent les manifestants.

Ce n’est pas la première fois que le régime traîne des manifestants blessés hors des hôpitaux. Les agents du régime ont déjà sorti des hôpitaux des manifestants blessés. Puis, ils les traînent en prison où ils sont privés d’accès aux soins médicaux de base lors de chaque grande manifestation.

Mercredi soir, le régime a coupé ou interrompu les connexions internet pour réprimer les manifestations du Sistan-Baloutchistan. Cependant, les protestations ont continué. Mais en plus, elles se sont étendues à plusieurs autres villes de la province, y compris dans la capitale provinciale, Zahedan.

Black-out d’Inernet pour cacher les massacre des Baloutches

Le gouvernement ne cesse d’envoyer des renforts depuis d’autres provinces, dont Ispahan, dans le centre de l’Iran, et Kerman, la ville voisine. Pourtant, les responsables affirment publiquement que la situation est « calme » et « sous contrôle » au Sistan-Baloutchistan.

On craint de plus en plus que le régime ne réprime brutalement les manifestants baloutches dans le cadre d’un black-out d’Internet.

Source : Iran News Wire