Publié le : 3rd mai 2021

agriculteurs-iran

CSDHI – En plus de la sécheresse et du manque d’eau, le faible prix d’achat garanti du blé par le gouvernement a empêché les producteurs de blé iraniens de la province de Fars de poursuivre leurs activités. La hausse vertigineuse des prix des intrants et le faible prix d’achat du blé garanti (5000 tomans le kilo) par le gouvernement ont détruit l’activité de ces agriculteurs.

La province de Fars est l’un des centres importants de la production agricole. En 2019, elle était classée deuxième en Iran pour la production de blé et d’orge.

Cette province est d’une superficie de 122 608 km et possède 36 villes et une variété de climat. Cela a conduit à la diversité de la production de produits agricoles.

La situation actuelle de l’agriculture à Fars n’est pas bonne. Les faibles précipitations, les prix astronomiques des intrants agricoles et des aliments pour animaux et le faible prix d’achat garanti du blé (annoncé à 5 mille tomans par kg), ont détruit leur production et leurs vies. Ils sont donc obligés de vendre leurs champs à des éleveurs, à cause du prix actuel du blé. Ils ne sont même pas en mesure de payer les coûts de culture. Ils risquent de tout perdre.

Un producteur de blé dans la partie centrale de Zarrin Dasht, Fars, dans une interview avec l’agence de presse Mehr, s’est plaint de l’action du gouvernement. En effet, il a fixé un faible prix d’achat garanti du blé. Le producteur en question a déclaré : « Pourquoi le gouvernement ne se soucie-t-il pas du secteur agricole ? Le prix actuel couvre-t-il les coûts des agriculteurs ? »

Ce taux n’est pas adapté aux coûts de production faramineux, car les agriculteurs sont coincés dans tous leurs coûts.

Le producteur a ajouté : « Est-ce que la réponse au slogan de soutien à la production est que les agriculteurs sont forcés de nourrir leur bétail de leurs champs de blé luxuriants pour éviter d’autres pertes ? Ces mesures provoquent l’instabilité de la production et le manque d’autosuffisance du pays dans le domaine des produits agricoles. »

Que devrait faire un agriculteur qui n’a aucun moyen de gagner sa vie et un éleveur qui n’a pas les moyens d’acheter des aliments pour animaux ? Qui est responsable de la situation des agriculteurs qui vendent leurs produits aux enchères et des éleveurs qui vendent leurs moutons à crédit sous la forme d’un contrôle d’un an en raison de leur incapacité à acheter des aliments pour animaux ?

Tout cela est dû aux fluctuations du taux de change. Le coût de production du blé dans le pays a augmenté de manière effrénée, au point que, selon les producteurs de blé, le prix des pesticides dans le secteur agricole a été multiplié par neuf. Le prix des semences et des engrais a connu une hausse sans précédent. Le coût des machines agricoles et de la mécanisation s’est également envolé.

Selon des études détaillées, avec la multiplication par neuf du prix des engrais phosphatés et azotés et l’augmentation des frais de transport, de collecte, de mécanisation et le manque de liquidités entre les mains des agriculteurs, les derniers jours de ces couches laborieuses ont commencé.

En conséquence, plus de 20 % des récoltes de blé vert des agriculteurs ont été vendues aux éleveurs pour le pâturage. Et cela détruit l’approvisionnement en blé du pays.

Le glissement des agriculteurs iraniens

En raison de la faible valeur du Rial par rapport au dollar, le prix du blé est de plus de 8000 tomans dans les pays voisins, ce qui crée certainement le terrain pour la contrebande pour les courtiers du gouvernement, travaillant principalement pour les Gardiens de la révolution iranienne (IRGC).

Avec la population actuelle, le pays a besoin de 14 millions de tonnes de blé par an, ce qui signifie que le pays ne peut couvrir qu’environ 50 pour cent de cette quantité, et les 50 pour cent restants doivent être importés à un prix exorbitant.

Le Conseil stratégique de l’établissement des prix des produits agricoles, chargé de déterminer l’achat garanti de produits agricoles, y compris le blé, n’a pas porté attention à cette question. Le gouvernement s’est soustrait à ses responsabilités. Il a abandonné les agriculteurs avec leur seul problème.

On prévoit que cette année, l’Iran fera face à un grave problème pour assurer la sécurité alimentaire (blé). Si le gouvernement est indifférent à l’annonce du prix réel du blé dans la prochaine campagne agricole, l’Iran sera face au problème des agriculteurs qui ne cultivent pas le blé. Il s’ensuivra une intensification de la pauvreté et de la famine dans les classes inférieures de la société.

Source : Iran Focus (site anglais)