Publié le : 13th août 2020

nasrin sotoudeh iranCSDHI – Une célèbre dissidente, défenseuse des droits humains et avocate les plus en vue en Iran, Nasrin Sotoudeh, a entamé une deuxième grève de la faim pour protester contre le refus des dirigeants islamistes du pays de libérer les prisonniers politiques menacés par l’épidémie de coronavirus dans les célèbres prisons iraniennes.

S’adressant à VOA Persian dans une interview accordée mardi à Téhéran, le mari de Nasrin Sotoudeh, Reza Khandan, a déclaré que sa femme avait entamé sa dernière grève de la faim plus tôt dans la journée à la prison d’Evine de la ville, où elle est détenue depuis le mois de juin 2018. Il a déclaré que Sotoudeh avait entamé une grève de la faim illimitée, mais qu’elle pourrait y mettre fin si au moins certaines de ses demandes étaient satisfaites.

Khandan a également fait part à VOA d’une lettre datée du 11 août, écrite par sa femme et adressée aux défenseurs des droits humains, expliquant pourquoi elle a demandé la libération de prisonniers politiques comme elle, dans des prisons iraniennes surpeuplées et insalubres, infestées par le coronavirus.

« Les conditions de vie des prisonniers politiques en Iran sont devenues si difficiles qu’il est impossible de poursuivre leur détention dans ces conditions oppressantes », a écrit Nasrin Sotoudeh.

L’Iran a temporairement libéré des dizaines de milliers de prisonniers de ses prisons en mars, alors que l’épidémie de coronavirus s’intensifiait, mais a refusé de libérer des dissidents condamnés à plus de cinq ans de prison pour des activités pacifiques considérées comme des infractions à la sécurité nationale.

Mme Sotoudeh a déclaré que beaucoup de ces dissidents pouvaient désormais bénéficier d’une libération conditionnelle en vertu des récentes réformes du droit iranien, mais que les autorités leur refusaient le droit de demander une aide judiciaire.

M. Khandan a déclaré que sa femme avait écrit plusieurs fois ces derniers mois aux responsables de la prison et du système judiciaire pour leur faire part de ses inquiétudes concernant les conditions de vie dans les prisons, la possibilité pour les détenus de rencontrer des visiteurs en personne, le refus des demandes de congés des prisonniers et les longues peines de prison infligées aux dissidents. Il a déclaré qu’elle n’avait reçu aucune réponse à ses lettres.

« Puisque toutes mes correspondances sont restées sans réponse, je fais une grève de la faim », a écrit Mme Sotoudeh en conclusion de sa lettre du 11 août.

Dans une autre interview de VOA persan, mercredi, l’avocat de Nasrin Sotoudeh, Mohammad Moghimi, a exprimé son inquiétude quant au fait qu’elle pourrait souffrir d’une grave détresse mentale et physique en refusant de la nourriture à cause de ses antécédents de santé sous-jacents.

« D’un autre côté, nous devons donner à la gréviste de la faim le droit de décider elle-même de ce qu’elle veut faire », a-t-il déclaré.

Moghimi a déclaré que Mme Sotoudeh ne protestait pas pour son bénéfice personnel mais pour aider la société iranienne dans son ensemble.

« Ses demandes sont légitimes et les dirigeants iraniens doivent y répondre », a-t-il déclaré.

Mme Sotoudeh a entamé une grève de la faim le 16 mars dernier et l’a poursuivie pendant plusieurs semaines alors qu’elle formulait des demandes similaires auprès des autorités iraniennes.

M. Khandan a déclaré au Bureau des droits de l’homme de l’ONU dans un message vidéo en mai que l’Iran avait répondu à la grève de la faim la plus récente de Nasrin Sotoudeh en accordant des libérations temporaires à plusieurs prisonniers, y compris des femmes détenues à Evin. Cependant, il a déclaré que les autorités ont refusé de donner des permissions aux dissidents accusés d’infractions graves et condamnés à de longues peines de prison.

M. Khandan a déjà dit que sa femme purgeait une peine de plus de 30 ans pour des infractions présumées à la sécurité nationale liées à son travail. Avant l’arrestation de Mme Sotoudeh en 2018, elle défendait les femmes iraniennes détenues pour avoir enlevé leur voile obligatoire ou leur foulard dans des actes de protestation publique contre les religieux au pouvoir en Iran. Les militants des droits humains ont dit qu’elle devait purger 12 ans avant d’être admissible à la libération conditionnelle.

M. Khandan, qui est lui-même un militant des droits humains, a été arrêté en septembre 2018 et accusé de subversion pour avoir fait campagne publiquement en faveur de la libération de sa femme. Il a été libéré en décembre 2018 et condamné le mois suivant à six ans de prison mais il est resté libre dans l’attente d’un appel.

Dans un post sur Facebook le 27 juillet, M. Khandan a déclaré avoir appris qu’un procureur de Téhéran avait gelé les comptes de sa femme à la banque Pasargad dans un effort apparent pour faire pression financièrement sur le couple. Il a juré de ne pas rester silencieux face à ce qu’il a qualifié d’ « acte inhumain. »

Dans son interview à VOA, Khandan a déclaré qu’il était préoccupé par le fait que les autorités iraniennes pourraient saisir les biens et les propriétés d’autres militants également.

« C’est un grave danger pour tous les prisonniers politiques et les militants des droits humains en Iran », a-t-il déclaré.

Il n’y a eu aucun commentaire dans les médias officiels iraniens sur la nouvelle grève de la faim de Nasrin Sotoudeh ou sur les dernières remarques faites par son mari.

Source : VOA