Publié le : 7th mai 2020

morts covid 19 iranCSDHI – Désespéré de cacher les décès du COVID-19, le régime iranien a ordonné à l’Organisation nationale de l’enregistrement des faits d’état civil de ne pas annoncer le nombre de morts pour les mois persans d’Esfand et de Farvardin (fin février à fin avril).

Les responsables de plusieurs provinces ont annoncé une augmentation du nombre de nouveaux patients COVID-19.

Le régime maintient que, jusqu’à aujourd’hui, 6 418 personnes sont mortes du virus. Mais un groupe d’opposition qui annonce chaque jour le nombre de décès dus au COVID-19 affirme que le bilan officiel est bien inférieur à la réalité.

Le Conseil National de la Résistance iranienne a déclaré aujourd’hui que le nombre de décès dus au COVID-19 en Iran s’élevait à plus de 39 500 dans 313 villes du pays.

Les cas de COVID-19 « au-delà de l’imagination » dans le sud-ouest de l’Iran

Le directeur adjoint de l’université des sciences médicales d’Ahwaz, dans le sud-ouest de l’Iran, a déclaré que les nouveaux cas de COVID-19 dans la province du Khouzistan sont « au-delà de toute imagination ».

Selon l’agence de presse gouvernementale ISNA, Mohammad Alavi, qui est également le directeur du centre de santé du Khouzistan, a décrit la hausse des cas de virus dans la province comme dépassant les prévisions officielles et a déclaré que les « chiffres ont dépassé nos attentes. »

Dans le même temps, les responsables de l’université des sciences médicales Jondipour à Ahwaz ont déclaré que les hôpitaux Razi et Taleghani avaient atteint leur pleine capacité.

Le nombre de nouveaux patients atteints de coronavirus a augmenté au cours des deux dernières semaines au Khouzistan, selon les responsables locaux de la santé.

Mahmoud Alavi a également confirmé l’augmentation du nombre de décès dus au COVID-19 sans fournir de chiffres précis mais a déclaré que « tous les décès étaient dus à la vieillesse ou à des maladies sous-jacentes. »

Il a également attribué cette nouvelle augmentation à la « négligence » des habitants du Khouzistan.

État critique à Mashhad

Dans la province du Khorassan-e Razavi (située dans le nord-est du pays), Mohammad Hossein Bahreini, le directeur de l’Université des sciences médicales de Mashhad, a déclaré que « la situation à Mashhad deviendrait critique si les indicateurs de santé n’étaient pas observés. »

Bahreini a déclaré que cela faisait trois mois et demi que l’Université des sciences médicales ne s’occupait pas du COVID-19.

« Nous avons commencé à planifier la lutte contre la propagation de COVID-19 et à nous occuper des patients à partir du 21 janvier », a-t-il ajouté.

C’est alors que le régime a officiellement annoncé l’apparition du COVID-19 en Iran le 19 février, il y a deux mois et demi.

Batoul Gandomi, le chef de la commission de la planification et du budget du conseil municipal de Mashhad, a critiqué le régime pour ne pas avoir communiqué de chiffres précis sur le nombre de morts.

« Nous sommes les représentants du peuple mais nous ne connaissons toujours pas le nombre quotidien de décès dus au COVID-19 à Mashhad », a-t-elle déclaré.

Bahreïn a refusé de donner les chiffres exacts, affirmant que des informations précises « sont une arme à double tranchant. »

Interrogé sur la raison pour laquelle le nombre de décès et d’infections n’a pas été officiellement annoncé dans la province du Khorassan e-Razavi et à Mashhad, le responsable des relations publiques de l’université des sciences médicales de Mashhad a répondu qu’ils avaient reçu des instructions du ministère de la santé de s’abstenir d’annoncer les chiffres et que le ministère ne les annoncerait qu’à l’échelle nationale et non par province.

L’Organisation nationale de l’enregistrement des faits d’état civil a reçu l’ordre de ne pas annoncer les décès

La censure des statistiques COVID-19 n’est pas limitée aux universités de sciences médicales et au ministère de la santé. Les responsables de l’Organisation nationale de l’enregistrement des faits d’état civil ont également déclaré qu’il leur était interdit de publier les chiffres mensuels et annuels des décès en Iran.

Dans une lettre adressée mardi au ministre iranien de l’intérieur, Rahmani Fazli, Mohammad Javad Haghshenas, le chef de la commission sociale et culturelle du conseil municipal de Téhéran a demandé que les chiffres des naissances et des décès pour les mois persans d’Esfand et de Farvardin (de fin février à fin avril) soient publiés.

Il a également critiqué la décision du ministre de ne pas publier ces chiffres.

« M. Rahmani Fazli, l’Organisation nationale pour l’enregistrement des faits d’état civil refuse de publier le nombre de décès en hiver sans raison apparente. Je ne comprends pas la raison de cette dissimulation injustifiée. Les gens ne sont-ils pas au courant (de cette information) ? » a-t-il tweeté.

Haghshenas a également publié sa lettre au chef de l’Organisation pour l’enregistrement de l’état civil dans laquelle il demande que « les chiffres des décès et des naissances pour l’hiver et le printemps soient comparés aux années précédentes sur le site web de l’Organisation. »

Plus tôt, Haghshenas a critiqué la censure des décès COVID-19 par le régime et a déclaré que pour avoir accès aux chiffres réels, il suffisait de comparer les chiffres de décès de l’année dernière de l’état civil aux chiffres actuels pendant l’épidémie.

Source : Iran News Wire