Publié le : 15th octobre 2020
suicide élèves iran

Suicide d’élèves en Iran

CSDHI – Un élève de 11 ans s’est suicidé le 10 octobre à Dayyer, dans le sud-ouest de l’Iran, parce qu’il n’avait pas de smartphone pour participer à ses cours en ligne.

Des enfants de familles pauvres qui n’ont plus accès à l’école

La mère de Mohammad Moussavi a déclaré à l’agence de presse officielle, Rokna que le directeur de l’école de son fils avait promis de donner à Mohammad et à deux autres élèves démunis des smartphones. Il s’agissait de leur permettre de participer aux cours en ligne. Une promesse qui n’a pas été tenue. La plupart des élèves iraniens participent aux cours en ligne via « Shad », une application qui relie les enseignants à leurs élèves à la maison.

Selon les renseignement recueillis, la mère de Mohammad était partie faire des courses ce samedi-là. Son père était malade et ses trois frères étaient à la maison. À l’arrivée de sa mère, ils ont trouvé le cadavre de Mohammad dans la cuisine.

Sans smartphone, il n’avait plus accès aux cours de ses professeurs

« Il était en cinquième année. Mohammad avait toujours de bonnes notes. Il voulait un smartphone pour se connecter en ligne avec son professeur. Nous n’avions qu’un seul téléphone, qui ne fonctionnait pas correctement. Il ne pouvait pas prendre de vidéos ni envoyer de messages vocaux », a déclaré sa mère.

Selon sa famille démunie, Mohammad utilisait généralement les téléphones de ses proches pour se connecter à son professeur et participer aux cours.

La mère désemparée a dit que son mari était malade et qu’un de ses autres fils était handicapé.

« Je nettoie les maisons des gens. Nous avons du mal à gagner notre vie. Nous nous en sortons bien avec l’aide des gens et de nos proches. Je travaillais pour lui acheter un smartphone. Il m’a dit qu’il travaillerait lui-même, une fois qu’il serait plus âgé. Il avait besoin d’un smartphone ou d’une tablette pour ne pas prendre de retard en classe. Mais je ne pouvais pas me le permettre », a-t-elle ajouté.

Les autorités nient que la pauvreté exclut les élèves de l’enseignement

L’Organisation de l’éducation de Bushehr a nié que Mohammad se soit suicidé parce qu’il n’avait pas de smartphone. Un responsable de l’éducation locale a déclaré que le directeur de l’école lui avait donné un smartphone. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi Mohammad utilisait les téléphones de ses proches s’il avait le sien, il a répondu : « Cette affaire est toujours en cours d’enquête. Le directeur de l’école était leur voisin. Il a constamment aidé financièrement la famille Moussavi ».

Mais sa mère a dit que l’école ne les a jamais aidés.

« Son chagrin l’a poussé à se suicider », a-t-elle dit, ajoutant que l’école ne leur a jamais apporté d’aide financière.

En raison de l’indignation nationale suscitée par cette tragédie, le président de la Cour suprême de Dayyer a menacé ceux qui cherchaient à « créer un battage médiatique » et à « affaiblir » le régime sur cette affaire.

« Ceux qui veulent affaiblir l’Etat islamique d’Iran et le ministère de l’Education seront réprimés judiciairement avec fermeté », a-t-il déclaré hier.

3,5 millions d’enfants n’ont pas accès à l’application d’apprentissage

Fin septembre, un législateur iranien a déclaré que selon le ministère de l’éducation, 3,5 millions d’enfants ne peuvent pas utiliser l’application d’apprentissage Shad (Happy) parce qu’ils n’ont pas accès à Internet ou aux smartphones.

Le chef de l’organisation de l’éducation à Hamedan, dans le centre-ouest de l’Iran, a déclaré que 14 000 élèves de la province ont également été privés d’éducation pendant l’épidémie de la COVID-19 en raison de leur manque d’accès à l’internet et aux smartphones.

D’autres informations récentes ont mis en lumière le sort des élèves pauvres d’Iran. Par exemple, le cas de Mani, 14 ans, qui a commencé à travailler comme garde-frontière pour gagner assez d’argent pour se payer un smartphone.

Le 14 septembre, Mani a glissé alors qu’il tentait d’échapper à une embuscade des gardes-frontières. Il s’est cogné la tête, se blessant gravement.

Suicides d’enfants

Plusieurs cas de suicides d’enfants dus à la pauvreté ont été enregistrés ces derniers mois.

Un étudiant de 12 anss’est suicidé lorsque sa mère a vendu son vélo et son smartphone pour payer le loyer. Il habitait à Abadan, dans le sud-ouest de l’Iran.

Des habitants de la région ont signalé un autre suicide d’étudiant à Bijar, dans la province du Kurdistan. Soroush Rezaie s’est suicidé parce qu’il ne pouvait pas s’offrir un smartphone pour poursuivre ses études.

Dans les derniers cas, l’Agence de presse des droits humains a rapporté qu’une ressortissante afghane de 11 ans s’était pendue à Téhéran. Les renseignements n’ont pas précisé la raison de son suicide.

ROKNA a également rapporté qu’un autre garçon, identifié comme étant Morteza, 10 ans, s’est pendu dans un village d’Ilam, dans l’ouest de l’Iran, au début du mois d’octobre. Le chef du village a déclaré qu’il s’était suicidé à cause de la pauvreté.

En raison d’une faiblesse record de la monnaie du pays et des problèmes économiques en Iran, le seuil de pauvreté pour une famille de quatre personnes est passé à 10 millions de tomans (environ 266 €). Cela a laissé plus de 60 millions d’Iraniens dans la pauvreté alors que 50 % de la population vit dans une pauvreté abjecte. Avec la forte augmentation du prix de l’électronique, seul un nombre limité d’étudiants peut se permettre d’acheter des smartphones ou des tablettes pour les cours en ligne.

Augmentation du nombre de suicides

L’âge moyen des suicides a diminué. Par contre, le nombre de suicides a augmenté, a déclaré aujourd’hui le vice-ministre des sports et de la jeunesse.

Il semblerait que le taux de suicide augmente dans le pays et, selon les chiffres publiés, ils sont surtout commis par des personnes âgées de 15 à 35 ans. Mais cette année, nous avons été témoins de suicides d’enfants de moins de 15 ans, ce qui est malheureux », a déclaré Mohammad Mehdi Tondgouyan dans une interview accordée à l’agence de presse officielle Borna.

Il a déclaré que les « conditions économiques » et le « manque de supervision des questions sociales et morales dans la famille » sont les raisons les plus importantes des suicides.

Source : Iran News Wire