Publié le : 18th novembre 2020
elshan-moradi

Elshan Moradi Moradi

CSDHI – Le grand maître irano-américain des échecs est né à Téhéran.  Il a déménagé aux États-Unis en 2012, avant de passer de l’Iran aux États-Unis en 2017.

Quittez l’Iran !

Un grand maître des échecs irano-américain exhorte ses collègues joueurs de son pays natal, l’Iran, à  participer à des compétitions sous le drapeau neutre de l’organe directeur mondial du jeu si celui-ci suspend leur fédération nationale d’échecs le mois prochain pour avoir fait pression sur eux pour qu’ils boycottent les Israéliens.

Dans une interview accordée le 13 novembre à VOA Persian, Elshan Moradi, basé en Caroline du Nord, a déclaré que la priorité pour les futurs maîtres d’échecs en Iran devrait être de trouver un moyen de continuer à participer aux compétitions internationales. Et cela, indépendamment de la Fédération iranienne des échecs.

L’Iran doit accepter les compétitions entre joueurs iraniens et israéliens

La Fédération internationale des échecs, connue sous le nom de FIDE, doit examiner une résolution lors d’une réunion le 6 décembre pour suspendre la fédération iranienne. A moins qu’elle n’approuve publiquement les parties entre les joueurs iraniens et leurs concurrents d’Israël, l’ennemi régional de Téhéran.

Le grand maître britannique et vice-président de la FIDE, Nigel Short, a déclaré à VOA la semaine dernière qu’il avait présenté cette résolution en réponse à ce qu’il a déclaré être une habitude des responsables iraniens de faire pression sur leurs joueurs d’échecs pour qu’ils boycottent les Israéliens ces dernières années, en violation des règles de la FIDE.

Depuis des décennies, les dirigeants islamistes iraniens ont appelé les athlètes iraniens à éviter les compétitions contre les Israéliens. Ils ont félicité les athlètes qui se sont retirés de ces compétitions comme des héros.

Le régime dément toute responsabilité dans les évitements des Israéliens

Le président par intérim de la Fédération iranienne des échecs, Farhad Nikoukhesal, a envoyé une lettre à la FIDE en juin. Il a affirmé que les joueurs iraniens prennent leurs propres décisions quant à qui affronter, sans aucune directive de son organisation. Mais ces dernières années, de nombreux joueurs iraniens ont déclaré aux médias internationaux qu’ils se retiraient des parties à l’étranger avec des Israéliens. Ils craignent d’être punis dans leur pays pour avoir violé le boycott sportif de longue date de l’État juif par Téhéran.

Moradi est l’un de ces joueurs. Il est âgé de 35 ans et il est originaire de Téhéran. M. Moradi a déclaré à VOA qu’il avait refusé de jouer contre un adversaire israélien lors d’un tournoi en Allemagne en 2005. En réalité, il avait peur de ce qu’il lui arriverait en Iran s’il continuait à jouer. Il a affirmé avoir informé l’organisateur du tournoi de sa situation à l’époque. Et il s’était excusé.

Moradi pense qu’il y a peu de chances que l’Iran change sa politique de boycott d’Israël. Le risque d’une suspension imminente de la compétition internationale d’échecs est sérieux.

« J’espère qu’en prenant des mesures pour garder la politique en dehors du sport, la FIDE ouvrira ses portes à tous ceux qui veulent jouer aux échecs sans politique », a déclaré M. Moradi.

Les maîtres d’échecs iraniens fuient de plus en plus leur pays

Plusieurs maîtres d’échecs iraniens ont quitté leur fédération nationale depuis 2017. Ils ont reçu l’autorisation de jouer pour d’autres nations ou pour la FIDE elle-même. La raison est de les aider à éviter la pression d’honorer le boycott d’Israël par l’Iran. Le plus important de ces joueurs est le jeune prodige iranien Alireza Firouzja. Il a déclaré forfait pour une partie à l’étranger avec un Israélien en avril 2019, avant de participer à un tournoi à Moscou en décembre sous le drapeau de la FIDE.

Le vice-président de la FIDE, M. Short, a précédemment déclaré à VOA que Firouzja avait accepté de se conformer aux statuts de la FIDE. En effet, ils exigent que l’Iranien accepte des appariements avec des adversaires de toutes origines. Short a déclaré que d’autres joueurs iraniens seraient également les bienvenus à participer sous le drapeau de la FIDE s’ils faisaient de même.

Moradi a changé son affiliation compétitive aux Etats-Unis en 2017. Cela faisait cinq ans qu’il avait quitté l’Iran pour s’installer dans le pays.

Selon lui, de plus en plus de joueurs d’échecs iraniens talentueux « fuiront » leur fédération nationale. A la condition que la FIDE garde la porte ouverte.

M. Moradi a également avancé qu’une suspension de l’Iran des compétitions internationales d’échecs ne causerait probablement pas beaucoup de dommages au jeu au niveau national.

« Grâce à Internet, à d’autres ressources et à l’amour du peuple iranien pour les échecs, ce jeu va s’épanouir dans tous les segments de la société. Cela se fera avec ou sans la fédération nationale », a déclaré M. Moradi.

Source : VOA