Publié le : 18th janvier 2021
coupures électricité iran

Les coupures d’électricité en Iran

CSDHI – Les Iraniens de tout le pays, y compris la capitale Téhéran, ont connu des coupures d’électricité inopinées ces derniers jours.

Coupures de courant en Iran

Avant ces coupures, le gouvernement a commencé à brûler du mazout, un combustible cancérigène de mauvaise qualité pour faire fonctionner les centrales électriques. Face au mécontentement populaire concernant les niveaux dangereux de pollution, notamment dans la capitale, les responsables concernés ont dit aux Iraniens qu’ils devaient choisir entre la pollution et les coupures de courant.

Les Iraniens ont été contraints de choisir entre le mauvais et le pire dans le passé. Mais cette fois, ils ont eu droit aux deux. Le régime continue de brûler du mazout dans les centrales électriques alors que les coupures de courant se poursuivent dans tout le pays.

Et comme presque tout en Iran, la raison de ces coupures de courant reste mystérieuse. En effet, les responsables tiennent des propos contradictoires.

L’extraction de bitcoin

Enfin, après de nombreuses spéculations sur la raison des coupures de courant en cours à Téhéran et dans d’autres villes, les autorités ont temporairement interrompu l’extraction de bitcoin en Iran.

Selon le PDG de Tavanir, une filiale du ministère iranien de l’énergie, les exploitations minières chinoises de Rafsanjan, dans le sud-est de l’Iran, sont temporairement arrêtées, en plus d’autres activités minières. C’est du moins ce qu’il a affirmé. Cependant, tout en annonçant la cessation des activités minières, Mohammad Hassan Motevalizadeh a nié que l’exploitation minière soit la coupable.

Malgré ce démenti, il est désormais bien connu que des entreprises chinoises, avec l’aide d’une organisation « militaire » (très probablement les pasdarans), utilisent l’électricité bon marché et subventionnée de l’Iran pour alimenter ses énormes fermes minières de bitcoin.

Le quotidien officiel Jahan-e-Sanat a écrit le 14 janvier que de nombreux Iraniens étaient sceptiques quant aux revendications de Tanavir. Ils pensaient que l’exploitation du bitcoin était à l’origine des coupures de courant nationales.

« Ils pensent que les coupables sont les grandes fermes situées dans des zones économiques spéciales », écrit le quotidien.

Nasim Tavakol est un entrepreneur et membre de la Chambre de commerce iranienne. Il a écrit dans un tweet que « les Chinois ont construit une ferme minière de 17 mégawatts de bitcoin dans la zone économique spéciale de Rafsandjan, près de la ligne de transmission ferrochrome de 260 kilowatts et de la sous-station de Rafsandjan. »

Un environnementaliste a déclaré à Jahan-e-Sanat que, grâce à l’électricité bon marché en Iran, les Chinois ont créé « des millions de fermes minières de bitcoin » dans le pays. Ils exploitent « des milliards de dollars de bitcoin. »

Donc, maintenant que l’extraction de bitcoin est arrêtée, les coupures de courant auraient dû prendre fin, n’est-ce pas ? Eh bien, ce n’est pas le cas.

Contradictions

Dans un article intitulé « Electric Stroke », le quotidien officiel Donyay-e Eghtesad a abordé certaines des remarques contradictoires du régime sur les raisons des coupures de courant et l’utilisation du mazout dans les centrales électriques.

« Les déclarations des responsables de l’électricité et du gaz concernant les coupures de courant non annoncées étaient contradictoires. Certains ont accusé la baisse de l’injection de carburant dans les centrales électriques d’être à l’origine des coupures. D’autres ont mis en cause la hausse de la consommation d’électricité des mineurs de bitcoin. Les coupures de courant à Téhéran et dans d’autres grandes villes étaient-elles dues au manque de gaz dans les centrales électriques et à un moyen de contrôler la pollution, ou la raison était-elle autre » ?

Contredisant les déclarations des responsables de l’énergie qui affirment ne pas avoir assez de gaz pour les centrales électriques, un responsable du ministère du pétrole a déclaré qu’il n’y avait pas de pénurie de gaz.

« Depuis le début de cette année, seulement 5% des centrales électriques sont alimentées par du mazout. Cette année, les centrales de mazout près des zones métropolitaines sont alimentées entièrement avec du gaz naturel ou du pétrole. La question de la pénurie de production de gaz n’a pas du tout été soulevée cette année », a déclaré Hassan Montazer Torbati.

Pour en savoir davantage : cliquez ici

Source : Iran News Wire