Publié le : 27th avril 2021

manifestations-agriculteurs-eau

CSDHI- La rivière Zayanderud en Iran s’est asséchée, à cause des politiques du régime. Elles ont affecté négativement l’écosystème et la vie des populations locales.

Manifestations des agriculteurs pour l’eau

En raison de cette situation, les agriculteurs d’Ispahan ont organisé des manifestations ces derniers jours. Ils réclament leurs droits sur l’eau. Un agriculteur, qui s’appelle Seyed Morteza, a dit à Mehr News que les responsables provinciaux s’étaient engagés à distribuer l’eau en mai. A ce jour, on ignore la date, la durée et le volume de l’approvisionnement en eau.

Il a ajouté : « Nous devons préparer les terres à cultiver. Nous devons fournir des semences et des engrais appropriés. Mais personne n’est responsable de nous. Nous sommes laissés dans l’indécision. Nous n’avons aucun revenu avec ces conditions économiques. »

Bien sûr, les agriculteurs ne sont pas les seuls à souffrir. En effet, la politique défectueuse de distribution de l’eau est néfaste pour l’écosystème local. Il y a des milliers de poissons qui meurent chaque fois que la rivière Zayanderud s’assèche. Et cela affecte non seulement l’approvisionnement alimentaire immédiat. Mais aussi les animaux situés plus haut sur l’échelle alimentaire.

Mehr News a écrit : «Les députés ont promis de suivre les problèmes des agriculteurs lors d’une visite dans l’est d’Ispahan le mois dernier. Or, jusqu’à présent, il n’y a eu aucun résultat de cette réunion pour la subsistance et la détermination des devoirs et des demandes des agriculteurs. »

Où est passée l’eau ?

Alors, où est passée l’eau ? Eh bien, beaucoup pensent que les responsables iraniens ont redistribué l’eau aux logements privés des proches de ces responsables ou aux projets industriels des pasdarans (IRGC). Un agriculteur a déclaré qu’il n’était pas nécessaire de drainer le tunnel de Beheshtabad ou le golfe Persique, mais plutôt de mettre fin à la pratique du pompage illégal.

Un fonctionnaire local, Hesam Nazari, a déclaré : « Le plan Ben-Brojen comprenait l’approvisionnement d’une énorme quantité d’eau à de grandes usines industrielles et l’utilisation de l’eau pour d’autres zones, ainsi que de nombreuses décisions résultant d’une mauvaise gestion. C’est tout cela qui a mis la population en colère. »

Alors que la crise s’aggrave, Mehr met en garde contre le danger que représentent ces protestations pour l’ensemble du système. Elle affirme que « la plaie de la rivière Zayanderud s’est rouverte à la suite de la sécheresse », car les agriculteurs n’ont pas pu cultiver leurs récoltes depuis octobre et les responsables provinciaux n’ont répondu à aucune de leurs préoccupations concernant les questions de subsistance et les droits à l’eau.

Mehr a écrit : « Le silence, l’insouciance et l’indifférence du gouvernement pour sauver le difficile Zayanderud ont frustré les personnes les plus opprimées qui vivent de l’agriculture. Des politiques erronées exacerbent maintenant les conséquences sociales, économiques et environnementales. »

Source : Iran Focus (site anglais)