Publié le : 9th octobre 2020
pauvreté absolue en iran

Des familles sans nourriture

CSDHI – Selon de nouveaux chiffres officiels, la moitié de la population iranienne vit dans une pauvreté absolue.

Les assiettes des Iraniens s’appauvrissent

Ces informations publiées par le Centre statistique iranien indiquent également que les Iraniens ne sont pas en mesure d’acheter des produits alimentaires de base. Les Iraniens moyens mangent 52 % de viande rouge en moins, tandis que ceux qui ont des revenus plus faibles en mangent 65 % de moins que l’année dernière.  Les Iraniens mangent également 34% de moins de riz, l’aliment de base du pays.

Il y a neuf ans, en 2011, seuls 18 % de la population vivaient dans la pauvreté absolue. L’année dernière, ce chiffre est passé à 35 %.

Actuellement, 1 dollar s’échange à 29 750 tomans, un niveau historiquement bas qui affecte directement le pouvoir d’achat des gens. Le seuil de pauvreté actuel en Iran est de 10 millions de tomans (environ 336 dollars – 284 €), tandis que le seuil de pauvreté absolue est de 6,8 millions de tomans (environ 229 dollars – 193 €), ce qui place 50 % de la population iranienne sous le seuil de « pauvreté absolue. »

Pauvreté absolue

Soixante millions d’Iraniens vivent sous le seuil de pauvreté en raison de l’absence systématique de contrôle du régime sur l’économie, a déclaré un économiste iranien. S’adressant à Tabnak, un site web affilié au régime, Ibrahim Razaghi a déclaré : « La menace la plus importante pour l’Iran est l’extrême pauvreté. A cela s’ajoutent le chômage généralisé, l’incapacité de nombreuses personnes à payer leur loyer. Et pour finir, le fait que les riches s’enrichissent de plus en plus. »

« Il y a actuellement 30 millions de chômeurs. Et 60 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté », a-t-il déclaré, ajoutant que la situation économique était « très mauvaise. »

Selon les médias officiels, plus de 19 millions d’Iraniens vivent dans 3 000 bidonvilles. Ils constituent les 35% de la population urbaine de l’Iran.

Et pendant ce temps, les élites du régime iranien vivent dans le luxe, dans la région de Lavasan à Téhéran, surnommée « les collines du Beverly Hills d’Iran. »

La pauvreté en Iran se transformera en protestations

Les responsables craignent que la pauvreté généralisée en Iran ne se transforme bientôt en grandes manifestations, comme celles de novembre 2019, qui ont ébranlé les fondations du régime.

Le 1er septembre, Hossein Zolfaghari, le chef du département de la sécurité et de l’application des lois du ministère de l’intérieur iranien, a déclaré que les appels à la protestation dans le pays avaient triplé par rapport à l’année dernière.

Un professeur d’université affilié au régime a déclaré sur le site web officiel Etemad Online que le manque d’attention du gouvernement aux demandes du public étendait la division entre le gouvernement et le peuple.

« Lesperturbateurs vont s’installer dans cette division et se permettre d’essayer de renverser le régime et de prendre le pouvoir », a ajouté Bijan Abdolkarimi. Faisant référence aux grandes manifestations de novembre 2019, il a déclaré que « nous verrons certainement d’autres manifestations de ce genre » à l’avenir.

Source : Iran News Wire

Nouvelles associées