Publié le : 26th février 2021

suicide enfants iran

CSDHI – De nos jours, le suicide, en particulier chez les enfants, les adolescents et les femmes, est un sujet d’actualité générale en Iran. Au cours du mois dernier, au moins huit enfants et adolescents se sont suicidés dans différentes villes iraniennes.

Le 25 janvier, un garçon de 16 ans a sauté du sixième étage d’un immeuble. Il a perdu la vie dans la ville de Tabriz, dans la province orientale d’Azerbaïdjan, au nord-ouest de l’Iran. Deux étudiantes ont également avalé des comprimés de phosphure d’aluminium. Ils ont perdu la vie dans la ville de Dezful, dans la province du Khouzistan, au sud-ouest du pays.

Le 26 janvier, l’agence de presse semi-officielle ISNA a cité Mohammad Hamidi, le gouverneur de Gorgan, dans la province du Golestan, au nord du pays. Il a déclaré : « Deux jeunes filles ont tenté de se suicider en sautant d’un pont. Elles sont toutes deux gravement blessées. Les secours les ont transférées à l’hôpital. »

Le 31 janvier, Mohammad, un enfant travailleur de 14 ans, s’est suicidé à cause de la pauvreté. Il a perdu la vie dans la ville de Mahshahr, dans la province du Khouzistan.

Le 2 février, Shahkaram Zehi, âgé de onze ans, s’est pendu. Il habitait le village de Ziarat, une banlieue du district de Saravan, dans la province du Sistan-Baloutchistan, au sud-est de l’Iran.

Le 5 février, un adolescent de 16 ans s’est suicidé en se tirant une balle dans la tête dans le district de Deymoushak, dans la province de Kohgilouyeh-et-Boyer-Ahmad.

Le 8 février, des responsables locaux de Deymoushak, ont dit que « se suicider dans cette région est devenu un événement régulier ». Cela montre une partie de l’horrible situation dans cette région. « Au cours des trois ou quatre dernières années, environ 60 personnes, pour la plupart des femmes, se sont suicidées. Au cours du mois dernier, deux hommes et une fille de 11 ans se sont suicidés. Et malheureusement, tous ont perdu la vie. La jeune fille de 11 ans s’appelait Bina. Elle s’est pendue le 8 février dans le village de Deh-Qazi à Deymoushak », a rapporté l’agence de presse semi-officielle ILNA le 14 février.

Le 12 février, un adolescent de 17 ans s’est pendu à Bandar-e Jask, dans la province méridionale de Hormozgan.

Le 14 février, un enfant de 14 ans s’est pendu. Il est mort à Bandar-e Kangan, dans la province de Hormozgan.

Ce ne sont là que quelques exemples de suicides d’enfants en Iran au cours du mois dernier. Ils ont décidé de mettre fin à leur courte vie à cause de la pauvreté, du chômage, des conditions de vie désastreuses et de la misère en pleine épidémie du coronavirus.

Selon les statistiques du gouvernement, les enfants qui travaillent, les enfants qui ont abandonné l’école, les enfants scolarisés et les filles, qui ont été obligées de se marier, font partie de ceux qui se sont suicidés. « Actuellement, la pauvreté et les impasses économiques ont convaincu la population et même les enfants qu’il est plus facile de mourir que de rester en vie dans un tel bourbier de pauvreté et de misère », a écrit le quotidien Jahan-e Sanat le 3 février dernier à la suite du suicide du musulman Shahkaram Zehi.

Auparavant, un responsable de l’Organisation médico-légale avait annoncé que le taux de suicide entre le 20 mars et le 20 octobre avait augmenté de 4,2 % par rapport à la même période de l’année dernière, selon le quotidien Etemad du 20 janvier. Le responsable a également reconnu que de nombreuses familles dissimulent cette nouvelle, craignant de perdre leur réputation.

Le quotidien a également mentionné que des phénomènes socio-économiques croissants comme les prix élevés, le chômage et la pauvreté avaient entraîné des milliers d’individus désespérés dans de graves difficultés financières. » Selon les psychologues, pour saisir l’intensité des dépressions non guéries dans la société iranienne, nous devrions augmenter le nombre pur de victimes de suicide d’au moins 20 à 30 fois pour estimer plus justement le chiffre brut des tentatives de suicide », a ajouté M. Etemad.

En plus de la pression économique, les jeunes iraniens sont témoins chaque jour de l’injustice sociale et du fossé grandissant entre les classes de la société, ainsi que de la corruption et du pillage rampants. Au lieu de cela, ils constatent que non seulement les autorités ne résolvent pas leurs dilemmes, mais qu’ils répriment aussi toute protestation par la violence. Dans de telles circonstances, ils préfèrent mourir plutôt que d’accepter plus d’humiliation et de difficultés.

Cependant, ce phénomène a sonné l’alarme pour les autorités. Car cela signifie que les gens n’ont rien à perdre. Il montre que la société attend une occasion d’exprimer sa colère après quatre décennies d’imprudence, de corruption, de massacre et de répression.

Source : INU