Pin It

manifestation iran janvier crash avion ukrainienPas la moindre condamnation pour les militaires qui ont tiré les missiles

CSDHI - Ces six derniers mois, une vingtaine de personnes ayant participé à des manifestations pacifiques contre la destruction d'un avion ukrainien au-dessus de Téhéran en janvier 2020 ont condamné à des peines de prison totalisant plus de 23 ans par l'appareil judiciaire en Iran . Cependant, aucun des responsables de l'incident n'a encore été nommé ou jugé.

 

Dans sa dernière décision, la 26e branche du tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné Bahareh Hedayat, la militante des droits des femmes et des étudiants à 4 ans et 8 mois de prison.

Bahareh Hedayat était auparavant la porte-parole du Conseil central de Tahkim Vahdat - une association d'étudiants islamiques - et a activement fait campagne pour rassembler un million de signatures sur une pétition visant à modifier les lois discriminatoires à l'égard des femmes.

Le 8 janvier, quelques heures après les attaques de missiles iraniens sur deux bases militaires en Irak et alors que l'armée iranienne s'attendait à une contre-attaque américaine, les gardiens de la révolution ont tiré deux missiles sur un avion de ligne ukrainien qui décollait de Téhéran. L'attaque a tué les 176 personnes à bord de l'appareil.

Les bases en Irak qui avaient été visées avant la destruction de l'avion de ligne, accueillaient des troupes américaines et de la coalition. L'Iran a déclaré que ces attaques étaient des représailles pour l’élimination ciblée du commandant de la force Qods, Qassem Soleimani, près de l'aéroport de Bagdad cinq jours plus tôt, le 3 janvier.

Après trois jours de protestations populaires dans différentes villes et le déni constant par les autorités de tout rôle dans ce tragique incident, les gardiens de la révolution ont finalement accepté la responsabilité de l'attaque de l'avion mais l'ont attribuée à une "erreur humaine". Les responsables iraniens maintiennent toujours que la tragédie a été causée par le mauvais jugement d'un individu.

Selon les rapports officiels du pouvoir judiciaire, des dizaines de personnes ont été arrêtées dans différentes villes pour avoir participé aux rassemblements de protestation pacifique qui ne faisaient qu'appeler à l'annonce de la véritable raison du crash.

Dans un tweet, samedi, Bahareh Hedayat a déclaré avoir reçu une peine de quatre ans pour "participation aux rassemblements devant l'université Amir Kabir et 8 mois pour "propagande contre le régime" ainsi que ses tweets.

Avant elle, Mostafa Hashemizadeh, un étudiant de l'université de Téhéran, avait été condamné à six ans de prison, 74 coups de fouet et la privation de certains privilèges sociaux pour avoir participé aux mêmes manifestations.

Certaines des familles des victimes du crash qui vivent en Iran ont déclaré qu'elles n'avaient aucun espoir d'obtenir justice pour leurs proches, mais d'autres qui vivent à l'étranger ont formé une association pour traduire les coupables en justice devant les tribunaux internationaux.

Source :  Radio Farda