Pin It

Mahan airlines chine coronavirus iranCSDHI - Malgré la propagation dangereuse du coronavirus en Iran, il existe des preuves qu'au moins une compagnie aérienne iranienne continue d’effectuer ses vols vers la Chine.

Un site Web de suivi des vols, Flightradar24, montre que Mahan Airlines, ayant des liens avec le Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC ou les pasdarans) et sanctionné par les États-Unis, a volé de Pékin à Téhéran (vol W578) il y a trois jours et a atterri à 4h40 du matin à l'aéroport Imam Khomeini de Téhéran.

L'Iran a annoncé ses premiers cas d'infections au coronavirus et de décès le 19 février dernier et depuis lors, le nombre de décès est passé à 8, avec au moins des dizaines de personnes diagnostiquées avec la maladie.

Le vice-président iranien Es'haq Jahangiri et plusieurs ministres avaient décidé le 31 janvier d'arrêter tous les vols en provenance et à destination de la Chine, mais depuis lors, d'autres responsables ont admis que Mahan continuait ses vols, prétendant ne pas transporter de passagers. Mais des informations ont indiqué plus tard que la compagnie transportait des citoyens chinois, qui ont peu de possibilités de voyager par avion depuis l'apparition du virus, à destination et en provenance de la Turquie.

La compagnie aérienne Mahan a été désignée par le Trésor américain en 2011 pour soutenir la Force Qods des Gardiens de la Révolution (les pasdarans). Le 11 décembre 2019, le département du Trésor a désigné trois des agents généraux de vente de Mahan Air basés aux Émirats arabes unis et à Hong Kong pour « faciliter le soutien du régime iranien aux milices de substitution. »

Source : Radio Farda