Pin It

43100 morts coronavirus iranCSDHI - Un épidémiologiste viral a déclaré à un quotidien iranien officiel que le régime iranien se souciait davantage de l'économie que des vies perdues à cause de l'épidémie du coronavirus, COVID-19.

Dans une interview accordée hier au quotidien Setareye Sobh, Mohammad Reza Mahboubfar, membre de l'Association iranienne de la santé environnementale, affiliée au régime, a déclaré que le fait de renvoyer les Iraniens au travail et d'assouplir les mesures de quarantaine malgré l'épidémie de coronavirus en cours était dû au fait que le régime craignait une agitation croissante.

« Nous nous attendions à une deuxième vague du COVID-19 et cela s'est produit comme nous l'avions prévu. Cette vague était simplement due à l'assouplissement des mesures et restrictions de quarantaine. C'était sans précédent dans le monde, mais on en a été témoin en Iran parce que les responsables étaient plus préoccupés par les troubles sociaux et les conséquences du coronavirus, associés aux difficultés économiques », a-t-il déclaré au quotidien d'Etat.

« Il est clair que les préoccupations économiques et les moyens de subsistance sont plus importants que la vie des gens », a déclaré M. Mahboubfar, ajoutant que la raison de l'augmentation des infections par le COVID-19 est que le régime a annoncé que certaines régions d'Iran étaient « blanches » en termes de propagation du virus.

Le ministère de la santé définit une région « blanche » comme une zone où, pendant deux semaines, aucun patient atteint de coronavirus ne demande de soins médicaux, où il n'y a aucun décès et où le taux de guérison augmente.

« En ce qui concerne les maladies infectieuses et en particulier le COVID-19, qui est une maladie respiratoire, il n'existe pas de zone blanche. Le virus peut se déplacer d'un endroit à l'autre sur des particules en suspension dans l'air ou être transmis par des insectes ou des activités humaines », a expliqué M. Mahboubfar.

L'épidémiologiste a averti que si le régime poursuivait ses politiques actuelles, le virus se propagerait, augmentant le nombre de décès.

« Si nous continuons nos pratiques antérieures et que nos responsables restent confus quant aux méthodes nécessaires pour lutter contre l'épidémie COVID-19, et tant que les questions économiques seront prioritaires par rapport à la protection de la vie des gens, nous assisterons probablement à une désobéissance civile en ce qui concerne les règlements d'hygiène personnelle et publique », a-t-il ajouté.

Mahboubfar a également critiqué le régime pour avoir dissimulé le nombre d'infections et de décès.

« Cacher les vrais chiffres des cas de coronavirus et des décès ne résoudra rien. Le fait de ne pas communiquer de chiffres réels empêchera le public de prendre cette maladie au sérieux et nous entraînera même vers une désobéissance civile dans de grandes parties de notre société », a-t-il déclaré.

Le Conseil national de la résistance d'Iran, un groupe d'opposition iranien qui annonce les décès quotidiens du coronavirus, a déclaré aujourd'hui que 43 100 personnes étaient mortes du virus. Alors que le ministère de la santé du régime a déclaré que seulement 7 183 personnes avaient perdu la vie.

Le régime a limogé au moins cinq responsables de la santé pour avoir remis en question les chiffres officiels. Des milliers de civils ont également été arrêtés par la cyberpolice pour avoir « répandu des rumeurs » sur le virus.

Lorsqu'on lui a demandé si les sanctions américaines entravaient la gestion de l'épidémie par le régime, l'épidémiologiste iranien a répondu que les problèmes sanitaires et économiques de l'Iran étaient dus au « manque de volonté politique » du gouvernement, du parlement et du pouvoir judiciaire, et non aux sanctions.

« Concernant le COVID-19, je dois dire que contrairement à ce qui est dit, certaines personnes politisent la question pour l'utiliser à leur avantage. Je crois que la plupart des affaires liées à la lutte contre COVID-19 ne font pas l'objet de sanctions », a déclaré M. Mahboubfar.

Le régime a affirmé que les sanctions ont entravé sa gestion de l'épidémie.

Alors que les États-Unis ont souligné que les médicaments et les fournitures médicales n'ont jamais été et ne seront jamais soumis à des sanctions et ont offert une aide humanitaire à l'Iran, ce que le régime a refusé.

Source : Iran News Wire