Publié le : 22nd avril 2021

suicide iran

CSDHI – De plus en plus d’Iraniens, en particulier les femmes, se sentent de plus en plus impuissants face à tant de crises et de problèmes sociétaux. Aussi, les taux de suicide en Iran augmentent parce qu’ils se sentent détachés de leurs amis et de leur famille, ainsi que de leurs vies en dehors de leurs relations personnelles.

En fait, depuis 2017, 60 personnes, principalement des femmes, sont mortes par suicide dans la seule ville de Dishmuk. Les taux de suicide dans les provinces du Kurdistan, de Kermanshah et d’Ilam sont les plus élevés.

Amanullah Gharaee-Moghadam est sociologue et professeur d’université. Il a déclaré que les principales raisons expliquant les suicides sont un manque de confiance dans les autorités en général et une discrimination inhérente aux lois des mollahs.

Il a ajouté : « Ils disent, « donnez naissance à plus de bébés ! ». Ils ont dit à des filles que l’on voyait leurs cheveux. Sont-ils devenus religieux ? La structure en Iran est malade. Vous ne pouvez pas forcer la société à observer des règles d’il y a 100 ans. Aujourd’hui, les jeunes voient, entendent et lisent. Ils observent le monde à travers leurs ordinateurs. »

En effet, l’un des problèmes est le mariage forcé. Il est plus fréquent chez les filles de moins de 15 ans. La plupart du temps, il cause des dommages irréparables car les filles abandonnent l’école pour se marier. Ensuite, si leur mari meurt ou divorce, elles se retrouvent sans moyen de trouver un bon emploi pour subvenir à leurs besoins.

Voici quelques-uns des exemples les plus récents de suicide à cause d’un mariage forcé :

  • Anahita Shahidi, 18 ans, s’est suicidée le 23 janvier pour éviter un mariage forcé avec sa cousine.
  • Sahar Fakheri, 20 ans, s’est suicidée le 18 mars pour ne pas être mariée à son cousin
  • Une jeune fille de 15 ans, dont l’identité est inconnue, victime d’un mariage d’enfants, s’est suicidée juste après son mariage.

Le taux de suicide a augmenté de 4,2 % entre le 21 mars et le 20 novembre 2020, par rapport à la même période en 2019. Cela est probablement dû à la pandémie et à la réponse peu enthousiaste des autorités. Cependant, la principale cause de suicide, en particulier chez les femmes, reste la dictature des mollahs.

Le quotidien officiel Jahanesanat a précédemment averti que cette vague de suicides pourrait s’accentuer. Elle pourrait aussi inspirer des manifestations, un peu comme celles qui ont failli renverser la théocratie dominante en 2019 et 2017.

La Résistance iranienne a écrit : « Au-delà de toute la frustration entourant le règne misogyne des mollahs et de la méfiance générale envers le gouvernement, les protestations comme celles de 2017 et 2019 sont en hausse. Le fait que davantage de personnes protestent donne de l’espoir au peuple iranien pour le renversement éventuel du régime. »

Source : Iran Focus (Site anglais)

Nouvelles associées