Pin It

medhi khazaeian exécuté iranCSDHI - Une organisation iranienne de défense des droits humains basée en Norvège a annoncé que 38 personnes avaient été exécutées en Iran au mois d’août 2019, soit le double du chiffre enregistré à la même période, l'année dernière.

Iran Human Rights (IHR) a déclaré que, sur la base des informations recueillies, 32 des personnes exécutées avaient été reconnues coupables de meurtre au premier degré et six autres pendues pour avoir été reconnues coupables de charges liées aux stupéfiants et de trafic de drogue.

Deux prisonniers ont été exécutés sous l'inculpation de « Moharebeh », ce qui en droit islamique signifie « faire la guerre à Dieu ». La République islamique utilise cette accusation sérieuse contre ceux qui remettent en cause le fondement du système politique islamique ou la légitimité du régime des mollahs en Iran.

Deux exécutions ont eu lieu en public et les autres ont eu lieu dans différentes prisons du pays.

Les chiffres officiels publiés par la République islamique ne font état que de 13 exécutions, tandis que les observateurs des droits humains ont signalé 25 autres cas.

Dans le même temps, IHR rapporte qu'un mineur délinquant pourrait être bientôt exécuté, selon sa famille. Mehdi Khazaeian a été reconnu coupable d'un meurtre présumé commis à l'âge de 16 ans. Il a maintenant 20 ans.

La Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, que l'Iran a ratifiée, interdit clairement l'exécution et l'emprisonnement à vie de mineurs. L'Iran et la Chine enregistrent le taux d'exécutions le plus élevé au monde.

Selon IHR, depuis le début de 2019, au moins deux délinquants mineurs ont été exécutés en Iran.

Source : Radio Farda