grève enseignants iranCSDHI - Des milliers d'enseignants se sont mis en grève à travers l'Iran pour la troisième fois en moins d'un an, du 3 au 5 mars 2019, pour réclamer une rémunération équitable, la libération de leurs collègues emprisonnés et une éducation universelle et gratuite.

« La raison la plus importante de la grève est que le gouvernement ne se sent pas obligé d'appliquer l'article 30 de la Constitution », a déclaré Javad La'l Mohammadi, enseignant militant, basé à Mashhad, au Centre pour les droits de l'homme en Iran (CDHI), le 5 mars.

« Comme il y a beaucoup d’enseignants et d’élèves dans le pays, le gouvernement est tenté de confier l’enseignement au secteur privé et de transformer les écoles en entités commerciales ... Cela brise le cœur de tous les enseignants », a-t-il ajouté.

L’article 30 de la Constitution iranienne stipule que « le gouvernement doit fournir à tous les citoyens une éducation gratuite jusqu’à l’enseignement secondaire et doit élargir l’enseignement supérieur gratuit dans la mesure requise par le pays pour atteindre l’autosuffisance ».

Réagissant à la grève, le ministre de l’éducation, Mohammad Bathaei, l’a qualifié en déclarant qu’il s’agissait de l’action de « seulement » quelques enseignants et a réprimandé les grévistes d’avoir enseigné aux élèves comment.

« Le pays a des besoins multiples qui ne nous permettent pas d’alléger la lourde charge qui pèse sur les moyens de subsistance des enseignants à court terme et par conséquent, nous utilisons donc des solutions qui n’ont pas encore été essayées », a déclaré Bathaei, aux journalistes, le 5 mars.

« Il y a eu des manifestations dans quelques écoles mais même si les enseignants n'agissaient que dans une seule école du pays, ce ne serait pas bien d’encourager les élèves », a-t-il ajouté. « Je ne suis pas contrarié par la manifestation elle-même mais contre la méthode utilisée parce qu'elle enseigne le mauvais exemple aux élèves ».

Le Conseil de coordination du syndicat des enseignants iraniens, qui avait organisé les grèves via son application de messagerie, Telegram, a réagi en notant qu’en une seule journée, des enseignants de plus de 100 écoles avaient participé.

« La grève nationale des enseignants a pris fin mardi 5 mars avec une déclaration inconsidérée du ministre de l'éducation qui a affirmé que seuls quelques-uns avaient participé à l'action », a déclaré le syndicat.

« Mais le fait est que rien qu'à Kermanshah, plus de 100 écoles ont été impliquées et plus de 70 à Khomeini Shahr », a-t-il ajouté.

Source : Le Centre pour les droits de l’homme en Iran

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter

RT @afchine_alavi: Tchaharchanbé Souri, fête du feu à travers l'Iran, s’est transformée en mouvement de protestation contre le régime des m…

csdhi.org