Pin It

festival feu iranCSDHI - En dépit de mesures répressives généralisées, le peuple et la jeunesse de différentes villes iraniennes ont transformé les cérémonies du Chaharshanbe Suri (Le Festival du feu) en mouvement de protestation contre le régime des mollahs.

Les manifestations ont eu lieu à un moment où Khamenei, craignant les mouvements de protestation populaires, avait affirmé dans une fatwa ridicule que « Chaharshanbe Suri (Festival du feu) n'a pas de fondement religieux et qu'il entraîne des dommages, la corruption ou la propagation de fausses croyances, ce qui est interdit ». En outre, des hommes de main du pouvoir judiciaire du régime des mollahs ont averti dans différentes villes qu'ils s'attaqueraient sévèrement à « ceux qui violent la fatwa ».

À Téhéran et dans plusieurs villes comme Kermanshah, Mashad, Karaj, Masjed Soleiman, Khoramabad, Semnan, Ilam et Mahshahr, la jeunesse a scandé : « Mort à Khamenei, mort au principe du Velayat-e-faqih, mort au dictateur, avec toi, dictateur, nous combattrons le feu par feu ». Des images et des effigies de Khamenei et de Khomeiny ont été incendiées.

Dans de nombreuses villes, les habitants utilisaient des grenades assourdissantes et des feux d'artifice pour attaquer les centres officiels. À Divandareh, Chaharshanbe Suri (Festival du feu) s'est transformé en affrontements entre la jeunesse et la population, avec des forces répressives qui ont tiré en l'air pour disperser la foule.

Dans plusieurs villes comme Ispahan, les forces répressives ont tenté d'arrêter les cérémonies en attaquant la population, mais sans succès.

Le régime des mollahs a tenté d’empêcher la diffusion de clips vidéo et de photos des manifestations populaires sur Internet en coupant le débit d’Internet sur certains points et en réduisant son réseau à d’autres.

Dans un communiqué daté du 1er mars 2019, le siège social de l'OMPI avait invité les jeunes à mettre le feu aux photos et aux effigies de Khamenei, Khomeiny et d'autres symboles officiels du régime des mollahs dans chaque rue et coin de rue pendant les festivités nationales de Chaharshanbe Suri.

Source : CNRI