Pin It

KameelAhmadi iranCSDHI –Kameel Ahmadi, auteur kurde iranien et chercheur en sciences sociales, a été arrêté par les forces de sécurité à Téhéran, en Iran, le dimanche 10 août. Son domicile et sa voiture ont été fouillés à trois reprises par des agents de la sécurité le même jour et une partie de ses biens ont été saisis.

 

Le régime iranien poursuit ainsi sa politique de prise d’otage et de chantage pour faire pression sur les pays occidentaux, dans le but de desserrer l’étau des sanctions qui le frappent là où ça fait mal, c’est-à-dire au porte-monnaie pour financer la répression dans un Iran insurgé et ses guerres au Moyen-Orient.

Shafaq Rahmani, chercheuse en sciences politiques et épouse de Kameel Ahmadi, a posté sur son compte Instagram qu'un mandat d'arrêt d'un mois avait été émis contre son mari par la première branche du bureau du procureur de la sécurité de la prison d'Evine à Téhéran. « Nous avons fait des démarches pour connaitre la situation de mon mari mais nous n’avons encore reçu aucune information sur la raison de son arrestation ni sur les accusations portées contre lui », a-t-elle déclaré.

Elle a également déclaré que son mari lui avait demandé de lui trouver un avocat lors de leur courte conversation téléphonique le troisième jour de sa détention. Elle ne sait pas où il est incarcéré.

Un chercheur sur les mariages blancs

Kameel Ahmadi, originaire de Mahabad et citoyen irano-britannique vivant à Téhéran, a mené des recherches sur les thèmes de la « circoncision féminine », de la « maternité » et du « mariage blanc » en Iran ces dernières années. Selon son site personnel, Kameel Ahmadi a récemment mené deux recherches, notamment « L’histoire de la cité interdite » (Recherche exhaustive sur la communauté LGBT en Iran) et « De frontière à frontière » (Recherche complète sur l’identité et l’ethnicité en Iran), dont les résultats sont en attente de publication.

Kameel Ahmadi a remporté le prix de la littérature et des sciences humaines décerné par la World Peace Foundation à la George Washington University pour ses recherches et son travail dans le domaine des dommages sociaux, mettant l’accent sur « le genre », « les enfants » et les « minorités » l’an dernier.

Source : Le réseau kurde des droits de l’homme en Iran