Pin It

mahsa merci créatrice mode iranABC News - L'artiste de mode Mahsa Merci crée des œuvres troublantes pour des temps troublés.

« Naturellement, chaque artiste est inspirée par son art et tire son art de l’endroit où elle a grandi - et en ce moment, notre histoire parle de l'Iran », dit-elle lorsqu’elle lève les yeux pour coller des milliers de minuscules cils sur une paire de talons aiguille blancs.

Le produit fini est un peu déconcertant - Jimmy Choo rencontre une chenille géante.

« Ne t'inquiète pas », dit-elle, « Ce ne sont pas de vrais cils. Je les ai achetés au salon de beauté. »

L'artiste de 29 ans ne fait pas de déclarations politiques dans son travail - la dissidence n'est pas tolérée en Iran - mais son art reflète bien les temps troublés de son pays.

« Tout est une question de pouvoir et d'argent - et nous sommes des victimes », a déclaré Merci. « Nous sommes des spectateurs, debout et regardant ce qui nous arrive. »

Les sanctions sont cinglantes. Elles ont causé une énorme hausse du coût des matières premières qu'elle utilise pour son art.

« Cela dure depuis longtemps maintenant, depuis 40 ans. Je pense que c'est un grand jeu. Nous sommes tous les jouets de plus grandes puissances. L'Iran est un pays puissant - ce n'est pas comme le Pakistan ou l'Irak - et nous savons que les États-Unis sont une superpuissance », dit-elle.

Les sanctions ont fluctué au fil des décennies, mais Merci a vécu toute sa vie à l'ombre de la confrontation américano-iranienne.

Les relations entre les deux nations battent de l’aile depuis 1979, lorsque des étudiants religieux ont pris d'assaut l'ambassade des États-Unis et ont emprisonné plus de 50 membres du personnel pendant 444 jours.

Les styles de mode contournent les exigences religieuses

L'Iran n'est pas une société libre. Il fait les manchettes des journaux pour ses politiques intransigeantes, telles que la répression des fêtes mixtes, les arrestations dans des cours de yoga privés, ou même la détention d’environnementalistes en tant qu’espions, mais certains aspects de la vie à Téhéran sont moins conservateurs que ce à quoi vous pourriez vous attendre.

Les femmes doivent porter le foulard en public, mais les règles relatives à la couverture des cheveux ne sont pas uniformément appliquées ou respectées. Les foulards sont souvent à peine là, drapés sur l’arrière de la tête, sans réelle tentative de couvrir les cheveux.

La police religieuse installée sur les places publiques arrête régulièrement les femmes pour leur demander d'ajuster leur foulard, mais dans les rues de zones progressistes telles que le nord de Téhéran, les femmes portent généralement le foulard à leur guise.

Selon Niki Esmaili, créatrice de foulards à Téhéran, seules les femmes les plus conservatrices portent leur foulard comme un signe religieux.

« Les personnes très religieuses ne doivent montrer aucune mèche de cheveux », dit-elle.

« Elles enroulent leur écharpe tout autour de leur tête et utilisent une épingle ou quelque chose pour les attacher.

femmes mode iran

« Mais à part de toutes celles qui croient en l'aspect religieux, cela ne nous apprend pas grand-chose. La façon dont vous le portez dépend simplement de votre décontraction, ou de la façon dont vous êtes habituée à le porter. »

Elle aussi dit que son entreprise est touchée par les sanctions américaines.

« Dans mon travail, je dois avoir accès aux matières premières. Auparavant, je pouvais toujours trouver du tissu iranien pour les foulards en coton, mais pour la soie, je devrais utiliser des produits importés. Pour le moment, en raison des sanctions, un matériau comme celui-ci est plus difficile à trouver et plus couteux à obtenir », dit-elle.

« Il est difficile de vendre des objets à des prix raisonnables et de satisfaire les clientes. »

Les femmes restent prudentes malgré leur marge de manœuvre

skateboard iran

Nous trouvons également quelques jeunes femmes qui font du skateboard dans le centre de Téhéran. Etonnamment, une jeune fille de 21 ans fait du skateboard sans foulard.

Cela aurait été impensable pendant la plupart des 40 dernières années depuis la révolution islamique et l'élévation de l'ayatollah Khomeiny au rang de Guide suprême de l'Iran.

« Faire du skate me procure de bonnes sensations. C'est relaxant. Toute cette énergie que j'ai en moi peut être extériorisée », a déclaré la jeune skateuse.

« Je ne peux le faire qu'à Téhéran », dit-elle.

« Dans d'autres grandes villes, les filles ne peuvent pas faire cela sans se faire harceler par les autorités. Espérons que nous pourrons le faire à Téhéran. »

« Il n'est pas accepté dans notre société de voir des femmes faire un sport comme celui-ci. Je le fais sans porter le hijab - et tout le monde n’aime pas que je fasse ça. »

Une fois l'entretien terminé et la prise d'un portrait, la jeune femme a des doutes et nous demande de ne pas l'identifier.

« Cela va me rendre la vie très difficile », dit-elle.