Pin It

le peuple iranien hait le régime iranCSDHI - Les médias et les responsables du régime iranien ont commencé à reconnaître la haine croissante du peuple à l’égard des mollahs, même s’ils utilisaient des termes tels que « méfiance », révélation accablante et alarmante pour ceux qui sont à la tête du régime.

Le régime considère que la haine de la population à leur égard est le principal défi auquel est confronté son gouvernement, car elle pourrait conduire à une nouvelle série de manifestations - non pas que celles-ci n'aient jamais cessé - et finalement à un soulèvement national comme celui qui a débuté en décembre 2017. Voyons ce que les journaux avaient à dire.

Le quotidien Mardom-Salari, affilié à la faction du président Hassan Rouhani, affirme qu'il s'agit du principal problème auquel sont confrontés les mollahs et que celui-ci pourrait conduire à une variété d'autres problèmes. Parmi les autres problèmes auxquels le régime est confronté, citons :

- Les membres de la classe moyenne qui émigrent dans les pays voisins après avoir acheté une propriété là-bas
- La baisse des investissements en Iran sur plusieurs années
- Le non-retour des recettes des exportations
- La fuite des cerveaux, un phénomène qui pousse les personnes les plus brillantes à émigrer dans des pays étrangers pour obtenir de meilleures chances

Dans l'article, Mardom-Salari écrivait qu'il s'agissait là également d'exemples de la haine croissante du peuple envers le régime.

L’agence de presse gouvernementale IRNA, citée par un responsable anonyme du régime, aurait déclaré que, selon un sondage officiel mené par le Consensus Center, 30 % des Iraniens voudraient quitter le pays.

Le mois dernier, le quotidien officiel Hamshahri a écrit un article qui tirait la sonnette d’alarme sur la colère du peuple iranien, affirmant que c’était maintenant un point crucial.

L'article disait : « Quand les gens atteignent la haine, ils ne cherchent qu'à détruire la cible de leur haine. Nous savons que la société iranienne est encline à la méfiance. Toutes les études sociales montrent cette tendance. La société iranienne penche vers le point d'ébullition de sa haine. »

Abdolreza Davari, un ancien responsable du régime, a déclaré sur le site web d'E'temad: « Le peuple en a marre des « principalistes » et des « réformistes ». Ces deux courants sont en fait perçus et considérés comme un courant qui vise seulement leurs propres intérêts et objectifs personnels/de parti. Pour dire les choses simplement, les gens en ont littéralement assez des « réformistes » et des « principalistes », et ils devraient le comprendre eux-mêmes. »

Tous ceux qui connaissent la situation en Iran savent que le peuple iranien tient le régime des mollahs pour responsable de toutes les souffrances qu'ils ont subies au cours des 40 dernières années, sachant que le régime et ses dirigeants sont responsables de tous les malheurs auxquels ils sont confrontés, le manque de libertés fondamentales, le chômage et les catastrophes.

Source : INU