Pin It

répression manifestations iranCNN - Le régime iranien a interdit aux familles des manifestants tués lors des troubles antigouvernementaux en novembre 2019 d'organiser des funérailles ou des commémorations pour leurs enfants ou leurs proches.

Malgré cela, les familles ont manifesté leur chagrin dans les cimetières à travers l'Iran, jeudi, afin d'honorer les membres de leur famille, morts 40 jours plus tôt.

Des témoins oculaires ont déclaré à CNN que plusieurs personnes avaient été arrêtées par les autorités iraniennes au cimetière Behesht-e-Sakineh à Karaj, à environ 60 kilomètres au nord-ouest de la capitale de Téhéran.

répression manifestations iranPoya Bakhtiatri, 27 ans, est décédé lors d'une manifestation en Iran.

La famille et les amis de Poya Bakhtiatri ont tenté de se recueillir sur sa tombe pour pleurer le 40e jour de sa mort, mais la cérémonie a été interrompue par les forces gouvernementales en civil et un hélicoptère qui survolait le cimetière pour perturber les personnes présentes.

Poya, 27 ans, est mort par balle lors d'une manifestation du 16 novembre à Mehrshahr, un quartier de Karaj, a déclaré sa mère, Nahid Shirpisheh, au Centre pour les droits de l'homme en Iran. Elle a déclaré au CDHI qu'elle pensait que les forces gouvernementales lui avaient tiré dessus.

« Ils ont visé la tête de mon fils et l'ont délibérément tué », a-t-elle dit.

Elle était avec son fils et sa fille lors de la manifestation en novembre 2019 a-t-elle déclaré au CDHI. Ils se tenaient par la main jusqu'à ce que les forces gouvernementales tirent du gaz lacrymogène sur la foule.

« Quand ils ont tiré des gaz lacrymogènes sur nous, mes yeux ont commencé à brûler et nous nous sommes séparés dans le chaos », a-t-elle expliqué. « C'est à ce moment que j'ai failli perdre Poya mais il m'a appelé et m'a demandé où j'étais. Je lui ai dit qu'il ne devrait pas s'inquiéter. »
Nahid Shirpisheh a déclaré que son fils marchait devant elle mais « 10 minutes plus tard, j'ai vu mon fils être transporté par certaines personnes. Nous l'avons emmené à l'hôpital et il est décédé juste là. »

Les parents de Poya ont été arrêtés le 17 décembre après avoir annoncé aux autorités qu'ils allaient organiser une cérémonie pour leur fils le « 40ème jour » de sa mort.

Les Iraniens pleurent leurs morts les 3ème, 7ème et 40ème jours après leur mort. Ces commémorations sont une partie fondamentale de la culture iranienne et du monde musulman.

L'agence de presse semi-officielle iranienne, Mehr News, a confirmé l'arrestation de la famille de Poya et a déclaré qu'ils avaient été arrêtés « pour empêcher la poursuite des meurtres et la répétition des actions armées contre le peuple. »

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a condamné le meurtre de Poya Bakhtiari, déclarant : « Les États-Unis dénoncent fermement l'arrestation des parents de Pouya Bakhtiari et appellent à leur libération immédiate. Il est temps que la communauté internationale se lève avec le peuple iranien et tienne le régime pour responsable. »

Après que le gouvernement ait arrêté toute la famille, la grand-mère de Poya a publiquement demander que sa famille soit libérée.

Elle a déclaré dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux qu’ « ils ont tué mon petit-fils, mon Poya, ils ont tué Poya. » Elle a dit qu'ils étaient venus pour arrêter ses enfants « mon Manucher, mon Mehrdad, ma belle-fille, mon petit-fils. Ils les ont tous emmenés. Demain, c'est le 40ème jour de la mort de mon Poya et je ne sais pas où sont mes enfants, que puis-je faire ? »

En novembre, le gouvernement a annoncé une hausse soudaine des prix de l’essence, qui a déclenché des manifestations massives dans tout le pays. La réponse du gouvernement a été rapide et brutale, coupant Internet et déclenchant, ce qu'Amnesty International a qualifié une « répression sanglante ».

Le gouvernement n'a jamais publié le bilan officiel des morts ni le nombre de blessés, mais selon les organisations de défense des droits humains, plus de 400 personnes ont été tuées par les forces gouvernementales iraniennes.

Le gouvernement iranien continue de contrôler le flux d'informations vers le monde extérieur en exerçant des coupures de courant sur Internet.

Le service de surveillance Internet, NetBlocks a déclaré que certains réseaux mobiles en Iran étaient tombés à 5 % des niveaux ordinaires.

« La connectivité Internet mobile a encore baissé alors que des informations annoncent un renforcement de la sécurité ; les données réseau en temps réel montrent une connectivité à 5 % des niveaux ordinaires sur des réseaux spécifiés après quatre coupures distinctes », écrit-il sur Twitter.

Vendredi, la sécurité a été fortement renforcée près de l'Université de Téhéran et près des ambassades britannique, russe et française, ont indiqué des témoins oculaires.