Pin It

Kaveh Veisani iranCSDHI - Les parents du manifestant assassiné, Kaveh Veisani, subissent des pressions pour les forcer à faire des « aveux » télévisés, selon le site de défense des droits humains, Iran HRM.

La famille, qui vit à Sanandaj, dans l'ouest de l'Iran, a appris que son fils avait été tué par des groupes d'opposition kurdes.

Kaveh Veisani, 30 ans, a été arrêté le 16 novembre 2019, lors des manifestations nationales à Sanandaj, capitale de la province du Kurdistan dans l'ouest de l'Iran.

Son corps torturé a été retrouvé à la périphérie de la ville deux semaines plus tard.

Kaveh Veisani a eu une fille et sa femme attend un enfant.

Plusieurs récits de prisons à travers le pays ont mis en lumière l'utilisation de la torture contre les manifestants détenus par le régime, y compris les abus sexuels sur des mineurs.

Les conditions de détention dans des prisons telles que Fashfouyeh, Evine et Rajaï Chahr sont jugées critiques.

Les détenus subissent des pressions pour qu’ils avouent avoir reçu de l'argent des groupes d'opposition, à savoir l'OMPI, pour incendier des banques, ou que l'OMPI leur a ordonné de tirer sur des manifestants innocents.

Des informations indiquent que certains des prisonniers sont déjà morts sous la torture et que d'autres ont été l’objet de disparitions forcées.

Il y a beaucoup de jeunes de moins de 13 ans parmi les détenus.

Certains prisonniers auraient perdu plus de 20 kg au cours des dernières semaines en raison des tortures. Des cicatrices de torture sont visibles sur leur corps.

Quelques personnes libérées sous caution excessive portent également des marques de torture et sont menacées de lourdes peines si elles disent un mot de ce qu’elles ont vu dans les prisons.

Au moins 1 500 Iraniens ont été tués et 12 000 ont été arrêtés pendant et après les manifestations nationales qui ont éclaté à cause de l'augmentation des prix de l'essence en novembre 2019.

Le massacre de manifestants, la torture et l'assassinat de prisonniers sont des exemples de crimes contre l'humanité et la communauté internationale devrait agir pour mettre fin à ces atrocités.

Source : Iran HRM