Pin It

affiches en feu khamenei iranCSDHI - Des jeunes iraniens, animés par la haine, brûlent les portraits du Guide suprême de l'Iran.

Alors que le paysage iranien se rapproche des élections législatives prévues le 21 février prochain, les crises internes du système clérical se dessinent plus que jamais contre le Guide suprême Ali Khamenei.

Cependant, ces crises sont le reflet de la colère de la société contre le système au pouvoir et le plus haut fonctionnaire, le Guide suprême. Ces jours-ci, et après que Khamenei lui-même ait ordonné une répression sanglante contre les manifestations de novembre 2019, la haine publique explose contre le régime de Khamenei dans son intégralité.

La racine de toutes les crises internes et externes du régime iranien

Selon la constitution du régime iranien, la République islamique est résumée dans le principe de Velayat-e Faqih [le Guide suprême] et celui qui occupe actuellement ce poste, c’est Ali Khamenei.

À cet égard, le guide suprême s’implique directement dans toutes les questions cruciales du pays. En outre, il est responsable de toutes les impasses et effondrements dans lesquels l'Iran est englouti.

Ces dernières années, les protestations fréquentes ont prouvé que les problèmes socioéconomiques et sociopolitiques ont abouti à un point de non-retour. Les remarques des autorités et les points de discussion des médias publics soulignent cette vérité.

Notamment, un nouveau cycle de luttes intestines entre différentes factions a commencé, étant donné la période restante pour les élections législatives prévues. D’autre part, la disqualification généralisée des membres actuels du Parlement et des candidats rivaux par le Conseil des gardiens (les pasdarans) contrôlé par Khamenei a entraîné des crises internes dans le rôle et la fonction déstabilisés de Khamenei, même parmi ses partisans.

Ambiguïté, doute et inquiétudes concernant l’avenir du régime

Le 23 janvier, l'ancien vice-ministre de l'intérieur, Mostafa Tajzadeh, a évoqué les problèmes actuels du pays en se référant à la structure de la constitution et au principe du Velayat-e Faqih. « Le Velayat-e Faqih n'aurait pas dû être inclus dans la constitution », a-t-il déclaré lors d'une séance intitulée « La République islamique était-elle inévitable ? »

Par la suite, Tajzadeh a comparé l’état du régime à une personne qui souffrait d’un grave décès. « Quand un homme sage se rend compte qu'il ne peut pas survivre sans chirurgie, il accepte l'opération… Le fait est que [notre] système est arrivé à un point [irréversible] qu'il ne peut pas continuer sans interventions chirurgicales majeures. La chirurgie la plus importante est la réforme de la constitution », a-t-il ajouté.

« Je pense que nous devons dire aux gens que si nous ne corrigeons pas notre constitution après 40 ans, nos problèmes ne seront pas résolus. C'est plus important que notre participation ou notre non-participation au prochain parlement », a poursuivi Tajzadeh alors que d'autres dirigeants éminents du soi-disant mouvement réformiste ont fait des remarques similaires lors de la même session.

En réponse, les factions pro-Khamenei ont pris le contrôle des sites Web officiels et des réseaux de télévision officiels pour défendre l'autorité de Khamenei. Cependant, l'intensité et l'augmentation de cet argument montrent que le Guide suprême est devenu le point focal des luttes intestines entre les différents secteurs du régime.

« Ne pas défendre [le Guide suprême] est le premier signe d'hypocrisie politique ... Le deuxième est l'insulte », a déclaré Hossein Rashidian dans le sermon de prière du vendredi 24 janvier, tout en reconnaissant la défection parmi les partisans de Khamenei et les insultes qui le ciblent.

De plus, la télévision officielle a diffusé une émission montrant la haine de plusieurs ecclésiastiques contre Khamenei. « Plusieurs ecclésiastiques ne défendent pas le Guide et affirment : « je n’ai pas les qualifications requises », a déclaré Elahirad dans le programme télévisé mentionné.

Par la suite, il a tenté de justifier le silence de Khamenei face aux problèmes cruciaux de la société comme la flambée des prix, le chômage et d'autres impasses. « Ils demandent : « Pourquoi Khamenei ne s’engage-t-il pas dans des questions cruciales ? » Si les dirigeants s’engagent sur chaque problème, « vous êtes des dictateurs?

Le fait est que le régime iranien, après 40 ans de crimes et de corruption, a échoué dans toutes ses capacités stratégiques et sous les pressions du peuple et leurs demandes légitimes, d'une part, et les pressions internationales, d’autre part, pour respecter les réglementations mondiales font face à un dilemme complexe.

Il devrait prendre des décisions clés sur le sort de la dictature religieuse. Quoi qu'il en soit, la poursuite des manifestations populaires, qui ont repris en janvier, même après avoir tué 1 500 manifestants lors des manifestations de novembre 2019, démontre le véritable désir de la population iranienne qui n'acceptera rien de moins que le renversement de tout le régime.

Source : INU