Pin It

coronavirus iranCSDHI - Divers responsables nationaux et locaux en Iran ont parlé d'arrestations massives, dans tout le pays, de personnes accusées de « répandre des rumeurs » et de « perturber l'opinion publique » en diffusant la vérité sur l'épidémie du coronavirus, COVID-19, dans le pays.

Le chef du département de la justice de Qom a annoncé lundi l'arrestation d'une infirmière qui avait tenté de fournir des chiffres sur le nombre de décès dus au coronavirus à Qom.

Selon le Président de la cour suprême de Qom, l'infirmière a été détenue pendant trois jours. Aucune information n'est disponible sur ce qui lui est arrivé. L'infirmière dont l'identité a été gardée secrète est accusée de perturbation de l'opinion publique.

Le régime iranien a arrêté un joueur de football pour avoir critiqué la gestion par le régime de la crise du COVID-19 dans le nord de l'Iran, a déclaré le 12 mars 2020, l'agence de presse officielle, ILNA.

Mohammad Mokhtari, le capitaine de 36 ans de l'équipe de football de Damash dans la province de Gilan, au nord du pays, a été arrêté le 11 mars par le département du renseignement de la Force Qods des pasdarans à Gilan sur ordre du procureur de la province.

En effet, Mokhtari a critiqué le régime sur une publication sur Instagram pour sa gestion de la crise COVID-19 et le grand nombre de morts dans le nord de l'Iran. Il a accusé le régime de dissimuler le nombre réel de morts de COVID-19.

« Dans la seule province de Gilan, plus d'une centaine de personnes meurent chaque jour du COVID-19 », a-t-il écrit sur Instagram, ajoutant qu'il n'y avait plus de place pour enterrer les morts.

« Les corps sont empilés les uns sur les autres, et ils veulent en mettre quelques-uns dans une tombe pour économiser de l'espace. Ensuite, ils annoncent faussement le nombre de morts dans les médias, ce qui ne couvre qu'un pour cent des chiffres réels », a écrit Mohammad Mokhtari.

Dans une autre publication, il a attaqué les forces du Basdidj, la branche paramilitaire des pasdarans, chargées de la répression interne des libertés civiles et des manifestations.

Le 16 février 2020, l’adjoint social de la police du FATA a été cité par Qudsonline.ir annonçant l'arrestation d'un homme qui avait posté un clip vidéo sur Internet « perturbant l'opinion publique » en les informant de l'hospitalisation d'un homme au Kurdistan pour avoir contracté le virus.

Le même jour, l'agence de presse IRNA a déclaré que le commandant des forces de sécurité de l'État de Bandar Anzali, dans la province de Gilan, située dans le nord de l'Iran, avait déclaré : « Des agents de la police du FATA surveillant le cyberespace se sont retrouvés sur deux pages Instagram qui diffusaient des nouvelles sur l’apparition du coronavirus et perturbaient l’opinion publique. »

Dans le même temps, la police du FATA de Mazandaran a rendu compte de certaines arrestations effectuées le 21 février 2020 : « Suite à la diffusion d'interviews et de nouvelles sur le cyber espace, les médias sociaux et les canaux d'opposition sur l'épidémie de Coronavirus dans l'un des hôpitaux de Babol, nous avons recueilli des renseignements et utilisé des examens professionnels, et nous avons par conséquent identifié et arrêté les personnes impliquées dans la production de ce clip vidéo et sa diffusion.»

Citant le procureur du comté de Dehloran et sans mentionner aucun détail de l'affaire ni l'identité des personnes arrêtées, asriran.ir a fait un compte-rendu le 17 février 2020 : « Suite à la diffusion d'un fichier audio indiquant l'apparition d'un coronavirus, la question a été rapidement examinée, et les personnes impliquées dans la propagation de cette rumeur ont été identifiées et arrêtées. »

Le 21 février 2020, le commandant de la cyberpolice a déclaré : « Suite à la surveillance du cyber espace et au lancement d'un groupe de travail spécial au sein de la police du FATA pour lutter contre ceux qui répandent des rumeurs sur le cyber espace concernant l'épidémie du corona dans le pays, 24 personnes ont été arrêtées. »

Et finalement, le 28 février 2020, Zare'e, le procureur adjoint de Qom, a annoncé l'arrestation de la personne qui avait fait des vidéos à la morgue de Qom. La personne arrêtée, qui était un étudiant du séminaire, a été arrêtée rapidement aux premières heures et son dossier a été rapidement remis à la justice.

Reporters sans frontières a accusé le régime iranien de dissimuler l'épidémie du coronavirus en Iran et de réprimer les reportages indépendants iraniens.

Source : Iran HRM