Pin It

général jalali coronavirus iranCSDHI - Un document reçu par IranWire prouve que les mesures de contrôle de l'épidémie de coronavirus en Iran ont été intentionnellement reportées jusqu'aux élections législatives du 21 février.

Dans une interview télévisée le 13 février, le général Jalali, chef de l’Organisation iranienne de protection civile, a rejeté les informations selon lesquelles des infections à coronavirus avaient été identifiées en Iran.

Des responsables de la République islamique affirment avoir été informés de l'épidémie de coronavirus en Iran le 19 février, avoir informé le public le même jour et commencé à prendre des mesures pour contenir l'épidémie. Mais un nouveau rapport IranWire montre que les responsables étaient au courant de la situation de l'épidémie avant le 19 février.

IranWire a reçu exclusivement une copie des directives émises le 19 février par l'Organisation iranienne de défense civile (CDO) qui montrent que, même après l'annonce officielle de l'épidémie du coronavirus, le gouvernement a ordonné un délai de trois jours pour mettre en œuvre les mesures nécessaires pour empêcher la propagation du virus. Ces mesures ont été reportées à l'issue des élections législatives du 21 février.

Dans une lettre adressée au chef d'état-major des forces armées, au secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale et au ministre de l'intérieur, le général Gholamreza Jalali, commandant de l'Organisation de la défense civile, les a informés des directives opérationnelles n° 2 du système de défense civile iranien. Bien que cette lettre ne soit pas classifiée, elle n'avait été publiée nulle part jusqu'à présent.

La lettre contient deux points importants. Tout d'abord, elle mentionne des communications du chef de l'état-major général et de l'Organisation de la défense civile, toutes deux datées du 31 janvier, et indique que puisque des cas d'infection par COVID-19 ont été identifiés dans la province de Qom, des mesures spécifiées par le CDO ("ci-joint") doivent être prises pour empêcher la maladie de se propager à d'autres provinces iraniennes.

coronavirus document régime iran.2 jpg

D'après cette lettre, les détails des deux communications mentionnées ne sont pas clairs. S'agissait-il seulement d'avertissements pour se préparer à l'épidémie de coronavirus ou ont-ils signalé que des cas de coronavirus avaient été identifiés au 31 janvier ?

Le deuxième point, plus important, est la disposition 15 des lignes directrices : "Intensification du contrôle des rassemblements publics et accent mis sur la santé publique (après les élections)". Ainsi, alors que l'Organisation mondiale de la santé avait déjà annoncé que le coronavirus est très contagieux et que les gens doivent éviter de se rassembler en foule, l'Organisation de défense civile iranienne, qui publiait des directives sur la manière de contrôler la propagation du virus, a reporté les mesures visant à assurer la santé publique après les élections.

Dans une interview télévisée le 13 février, le général Jalali avait rejeté les informations diffusées sur les réseaux sociaux iraniens selon lesquelles des infections à coronavirus avaient été identifiées en Iran, mais les responsables iraniens ont décidé d’en informer le public qu'après les élections. Dans les directives, cependant, le même général Jalali dit que les mesures nécessaires immédiatement après l'identification des infections au coronavirus doivent être reportées de trois jours – jusqu’ « après les élections », comme il le dit entre parenthèses.

coronavirus document régime iran

Transparent ? Honnête ?

Les responsables de la République islamique, y compris le président Rouhani, insistent sur le fait qu'ils n'ont appris l'existence de l'épidémie de coronavirus que le 19 février.

« Nous avons appris le 19 février que le coronavirus était arrivé, et nous avons informé la population », a déclaré M. Rouhani aux journalistes [lien en persan] après une réunion du cabinet le 18 mars. « Nous ne l'avons pas retardée, pas même d'une journée. ... Nous avons été transparents et honnêtes en informant les gens sur la maladie du coronavirus. ... Ne faites pas attention à ce qu'ils disent sur les médias sociaux et à ceux qui ne savent pas ce qu'ils cherchent. »

Mais il existe de nombreuses preuves que le gouvernement iranien et ses fonctionnaires savaient depuis longtemps que le coronavirus était arrivé en Iran. Les circonstances suggèrent qu'ils ont continué à nier l'épidémie pour des raisons politiques et, probablement, sans comprendre clairement les conséquences de cette dissimulation.

Des preuves de cette dissimulation intentionnelle ont été fournies, entre autres, par des hauts responsables du ministère de la santé. Dans une interview télévisée du 13 mars, Reza Malekzadeh, ministre adjoint de la santé, a admis que le gouvernement avait été « un peu en retard » dans l'annonce de l'épidémie de coronavirus. Dans la même interview, il a affirmé qu'ils avaient attribué les décès de la fin janvier et du début février à une épidémie de « grippe ».

Un rapport antérieur d'IranWire montre que - compte tenu de l'existence de kits de test de coronavirus à l'époque et de leur disponibilité pour les responsables de la santé, et compte tenu des déclarations de l'Organisation mondiale de la santé sur les symptômes spécifiques de l'infection par coronavirus qui correspondaient aux patients qui ont été hospitalisés à Qom - il n'aurait pas dû être difficile de diagnostiquer les cas de coronavirus et toute autre évaluation de la réalité est très discutable.

Mohammad Molaei, un médecin qui a signalé l'épidémie de coronavirus après avoir perdu son frère à Qom, fait partie de ceux qui disent qu'il existe de nombreuses preuves pour prouver que le virus est arrivé en Iran bien avant qu’il ne soit officiellement annoncé. Selon le Dr Molaei, jusqu'à ce qu'il demande un test pour lui-même un jour après la mort de son frère le 16 février, l'hôpital a affirmé qu'aucun des patients hospitalisés depuis début janvier avec des symptômes similaires à son frère n'avait été testé pour le coronavirus.

Le 5 février, cependant, Alireza Raeesi, un autre vice-ministre de la santé, avait affirmé que des tests de dépistage des coronavirus avaient été effectués mais qu'aucun cas n'avait été trouvé.

"Personne n'a été testé positif dans la province de Qom ou dans le pays", avait alors déclaré M. Raeesi. "Les réseaux sociaux avaient recensé six cas suspects, mais les tests se sont également révélés négatifs. Personne n'a été testé positif".

Toutes ces preuves et tous ces faits prouvent que les affirmations des responsables iraniens concernant la date de découverte de l'épidémie de coronavirus - ainsi que leur insistance sur la rapidité de leurs actions ultérieures - sont très discutables.

Source : IranWire