Pin It

Payam derafshan condamné iranLawyers For Lawyers - Il a été rapporté que l'avocat iranien des droits humains, Payam Derafshan, a été condamné à deux ans de prison et suspendu de l'exercice de la profession d'avocat pour une période de deux ans supplémentaires.

Derafshan a été condamné sans avoir accès à son avocat.

L'avocat de Derafshan, Saeed Deghan, a informé le Centre pour les droits de l'homme en Iran que les avocats de la défense de Derafshan n’ont pas eu le droit d’assister au procès, et encore moins à examiner l'affaire. Selon Deghan, ses avocats n'ont été autorisés à lire qu'une partie du dossier après le verdict.

Derafshan est un avocat des droits humains bien connu qui a travaillé sur diverses affaires très médiatisées dans lesquelles il a représenté des personnes accusées de délits à caractère politique.

Le 31 juillet 2018, Derafshan a été arrêté alors qu'il rendait visite à l'avocat des droits humains, Arash Keykhosravi chez lui. Selon son avocat, les autorités voulaient emprisonner Derafshan en raison de sa position ferme contre l'interdiction judiciaire de « l'application de messagerie Telegram ». Telegram a été interdit par le gouvernement iranien en mai 2018. Dans une pétition commune, Derafshan et d'autres avocats ont demandé au procureur adjoint Bijan Ghasemzadedh d'annuler son ordre d'interdiction concernant Telegram. Selon les avocats, l'ordre n'a pas seulement violé le règlement de procédure pénale, mais aussi la Constitution.

Alors que son avocat a mentionné que Derafshan avait reçu de nombreuses questions sur la pétition pendant ses interrogatoires, Derafshan a été formellement accusé d'avoir « insulté le Guide suprême », via ses chats personnels sur Whatsapp et Telegram.

Lawyers for Lawyers est préoccupée par la condamnation de Payam Derafshan et par la situation des avocats en Iran en général. Nous avons interpellé le monde au sujet de la situation de Nasrin Sotoudeh, Amirsalar Davoudi et Mohammad Najafi, entre autres, qui ont été condamnés à de longues peines de prison en rapport avec leurs activités légitimes.