Publié le : 11th janvier 2020

vol air ukraine iranCSDHI – Jeudi 9 janvier 2020, Newsweek a cité des responsables du Pentagone et des renseignements américains et irakiens déclarant que l’avion de ligne ukrainien avait été abattu par un système de missiles antiaériens.

Le 8 janvier, le vol civil ukrainien PS752, en route vers la capitale ukrainienne, Kiev, s’est crashé à la périphérie de Téhéran peu de temps après le décollage de l’aéroport international de Khomeiny. L’incident a causé la mort des 167 passagers et des neuf membres d’équipage.

Étant donné que les passagers venaient de plusieurs pays, dont 82 Iraniens, 57 Canadiens et 11 Ukrainiens, cet événement a plongé le régime iranien dans une crise internationale.

Les autorités iraniennes ont initialement nié toute implication dans l’incident et affirmé que l’avion de ligne s’était écrasé en raison d’un défaut technique. Cependant, ils ont annoncé qu’ils ne livreraient pas la boîte noire à Boeing, le constructeur de l’avion. Cette décision a soulevé des soupçons sur le rôle du régime iranien dans la mort des passagers innocents.

Un peu plus tard, les informations sur les réseaux sociaux et les estimations d’experts ont intensifié les soupçons. De nombreux experts ont estimé qu’il était impossible qu’un avion explose soudainement sans notification préalable. D’autre part, le même jour, le régime iranien se vengeait sur les bases militaires américaines en Irak pour la mort du chef de la Force Qods des Gardiens de la Révolution, Qassem Soleimani. Dans de telles circonstances, les gouvernements ferment les aéroports pour éviter toute catastrophe accidentelle. Cependant, le régime iranien a décidé de ne pas prendre cette mesure.

Jeudi, Ali Rabiei, porte-parole du cabinet de Rouhani, a tenté de se soustraire à ses responsabilités et a répondu aux journalistes, « Mettez du sel sur une blessure douloureuse [pour les familles des victimes] ». Un jour plus tard, vendredi, Ali Abedzadeh, chef de l’organisation de l’aviation civile iranienne, dans une interview accordée à l’agence de presse ISNA, a déclaré: « Il est impossible qu’un missile frappe l’avion ukrainien … Comment un avion touché par une roquette ou un missile [et le pilote] peut-il essayer de retourner à l’aéroport ? »

Cependant, le régime ne pouvait plus cacher la vérité et a été forcé d’admettre le rôle des Gardiens de la Révolution (les pasdarans) dans le crash de l’avion de ligne. À l’aube du 11 janvier, les chefs d’état-major conjoints des forces armées iraniennes ont déclaré que l’avion a été confondu avec une « cible hostile ». Les forces militaires iraniennes ont tenté de détourner la portée de l’événement en accusant le défunt pilote de s’être tourné vers un « centre militaire sensible ». Cependant, certaines personnes qui connaissent les procédures de vol disent que quatre vols ont déjà passé au-dessus de la zone mentionnée !

Notamment, cette catastrophe nationale a provoqué un regain de sentiment contre les ayatollahs et leur inattention dans la sphère publique. Au cours de la semaine dernière, plus de 200 personnes ont perdu la vie dans des accidents de la route, les funérailles de Soleimani, un accident d’avion de ligne à travers l’Iran. Ces événements ont eu lieu alors qu’il y a deux mois, les forces de sécurité ont massacré plus de 1 500 manifestants en leur tirant directement dans la tête et la poitrine. Dans ce cas, sous la pression internationale, les ayatollahs ont été forcés de dire la vérité. Mais il y a de nombreux cas qui restent encore flous. Certaines de ces affaires ont tué des manifestants lors des manifestations de novembre, tué en masse 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres et des sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), et une répression violente des soulèvements antérieurs.

En conclusion, comme le régime iranien a finalement avoué son crime contre les passagers innocents de l’avion de ligne civil ukrainien, les autres crimes commis par les mollahs devraient faire l’objet d’une enquête par un tribunal international. La Résistance iranienne avait auparavant demandé au Conseil de sécurité des Nations Unies d’envoyer d’urgence une mission d’enquête en Iran pour révéler l’ampleur réelle du nombre de morts.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance d’Iran (CNRI), a décrit l’accident d’avion comme un grand crime qui ne sera ni pardonné ni oublié par le peuple iranien. « L’admission forcée du régime à abattre l’avion de ligne ukrainien qui a tué tous les passagers est un autre grand crime, que le peuple iranien ne pardonnera ni n’oubliera. Le régime avait averti à l’avance le gouvernement irakien et ses militaires de l’attaque de missiles sur des bases américaines et, par leur intermédiaire, aux États-Unis. Mais il n’a donné aucun préavis à nos compatriotes et n’a pas annulé les vols de passagers », a tweeté Mme Radjavi.

Source : INU

Nouvelles associées