Pin It

drogue iranCSDHI - Dans son traitement des personnes impliquées dans le trafic de drogue, la République islamique d'Iran après 1979 a trahi les idéaux sur lesquels elle était fondée.

Pour IranWire, Dariush Farahani apprend comment un jeune homme a été séduit par le trafic d'héroïne - et comment une culture carcérale corrompue a permis à la toxicomanie de prospérer.

La révolution islamique de 1979 a été l'un des événements les plus importants du XXe siècle, remodelant la géographie politique du Moyen-Orient et du monde. Elle signifiait une rupture violente avec le règne et la politique du Shah Mohammad Reza Pahlavi, les politiques du passé ayant été remodelées pour s'adapter à un nouveau récit idéologique.

Le langage qui dominait la politique à l'époque a été qualifié de « discours des opprimés ». Au cours de cette période, l'État iranien a cherché à se réformer au nom de l'amélioration des conditions économiques et sociales des « pauvres et des démunis » : ceux qui ont été laissés pour compte par le projet de modernisation du Shah et la soi-disant "Westoxication" de l'Iran. Pour ce faire, il a fallu créer de nouvelles catégories de citoyens "sacrés" : les vétérans de la guerre d'Irak et les familles de martyrs, ainsi que les membres de l'establishment religieux, les partisans du gouvernement et d'autres.

Dans le même temps, il fallait identifier un ennemi interne, pour délimiter la ligne entre les citoyens iraniens vertueux et les corrupteurs moraux. Les toxicomanes et autres « déviants » de ce type se sont révélés être des boucs émissaires politiques utiles au cours du siècle dernier, détournant l'attention des autres luttes politiques et des lacunes de l'élite politique. Au lendemain de la Révolution, la question de la dépendance à la drogue en Iran était étroitement liée aux théories du complot entourant les tentatives de l'Occident de saper la République islamique nouvellement formée.

Le récit de sodagaran-e marg - ou des « marchands de la mort », vendeurs et trafiquants de drogue - a imprégné toutes les sphères de la vie publique. Une puissante machine de propagande d'État cherchait à diaboliser tous les individus impliqués dans la consommation, le commerce ou le trafic de drogues, soumettant toute personne trouvée en possession de drogues à des peines draconiennes.

Au cours des mois et des années qui ont suivi la Révolution, des milliers de personnes ont été exécutées et ont disparu pour une série de soi-disant crimes contre l'État. Il s'agit notamment de personnes reconnues coupables de délits non politiques : beaucoup de nature résolument non violente, comme la consommation de drogues.

Ce que l'État naissant n'a pas reconnu, c'est que bon nombre des personnes impliquées dans la drogue étaient les « pauvres et les plus démunis » qu'il s'était engagé à sauver du désespoir. En fait, les politiques du nouvel État iranien ont propulsé davantage les communautés déjà défavorisées dans des cycles sans fin de pauvreté et d'insécurité.

Kurush était l'une des personnes que le nouveau régime devait sortir du désespoir. Au moment de la révolution, Kurush avait la vingtaine, et avait grandi dans le sud de Téhéran dans une famille turkmène très pauvre. Peu de temps après la Révolution, il a été arrêté pour vente d’héroïne, car l'un de ses clients avait été contraint de donner le nom de son dealer.

Kurush a échappé de justesse à la peine de mort, car aucune drogue n'a été trouvée sur lui ou dans sa maison. Au lieu de cela, il a été condamné par le tribunal révolutionnaire à dix ans de prison.

Chez sa soeur à Téhéran, Kurush accepte de parler de ce qui s'est passé lors de son arrestation, de son procès et de sa libération anticipée ultérieure : un sursis qu'il attribue au fait d'avoir rejoint la chorale de la prison et, contre toute attente, d'avoir évité la drogue en prison.

Deux ans après la révolution, commence Kurush, j'ai été pris en train de dealer de l'héroïne.

« Je travaillais comme peintre et vivais avec mon père, ma mère, mon jeune frère, ma femme et mes deux enfants. Il y avait beaucoup de drogues, mais très peu d'informations sur elles, là où nous avons grandi. Nous étions très pauvres. Mon rêve était d'avoir assez d'argent pour acheter une maison pour ma famille.

« Il y avait de nombreux toxicomanes et trafiquants et vendeurs de drogue dans notre quartier. Un jour, un de mes amis a dit : « Allons à Oroumieh. »

« Nous sommes allés dans un petit village à l'extérieur de la ville d’Oroumieh, où ils produisaient de l'héroïne. Après les avoir rencontrés, ils nous ont dit de retourner à Urumie et ils ont dit : « Demain, nous vous apporterons la marchandise et vous l’emporterez à Téhéran et la vendrez. J'ai eu très peur.

« Au moment de mon arrestation, je vendais de l'héroïne depuis cinq à six mois. Habituellement, je vendais en unités allant de 50 à 100 grammes, et grâce à cela, j'avais fait la connaissance de certaines personnes importantes dans le commerce. Un jour, j'en ai vendu 100 grammes à un client. Il a été arrêté et forcé de dire à la police où il avait acheté son héroïne.

« À l'époque, je rénovais la maison et la porte de notre cour était ouverte. J’ai entendu quelqu'un demander « Agha Kurush » ; J'étais vêtu de mes vêtements de travail pendant que je peignais. C'étaient des officiers en civil de la police de Téhéran. Ils m'ont piégé pour que je sorte et que je leur montre que j'étais bien Kurush, puis ils m'ont arrêté et ont fouillé la maison. Ils avaient noté le numéro de série de l'argent que m'avait donné l'informateur et l'avaient fait correspondre à l'argent liquide qu'ils avaient trouvé.

« Heureusement, ils n'ont trouvé que de l'argent chez moi. Aucun membre de ma famille ne savait ce que je faisais, sauf ma femme, qui s'en doutait mais n'en avait jamais parlé.

Quand ils m'ont emmené, j'avais peur, car je savais qu'ils battaient les gens. »

Ce n'était pas la première rencontre de Kurush avec la loi. Un an avant d'être arrêté pour vente d'héroïne, très peu de temps après la révolution, Kurush avait été envoyé à la prison d'Evine sous de fausses accusations d'avoir « dérangé les épouses des membres du Bassidj » après avoir tenu tête à un groupe de membres du Basij qui harcelait les gens de sa région.

Cet événement allait s'avérer décisif dans son implication dans l'héroïne, car sa famille a ensuite dû survivre sans ses revenus au cours des plusieurs mois qu'il a passés en prison. Paradoxalement, le manque de justice équitable qu'a connu Kurush est devenu un facteur important dans sa décision ultérieure de vendre de la drogue.

« À l'époque », poursuit-il, « si ce dont on m'accusait avait été vrai, on m'aurait exécuté. Néanmoins, ils m'ont envoyé à Evin et j'ai subi de véritables passages à tabac au cours de cette période. »

« Quand ma soeur et son mari sont venus me chercher en prison quelques mois plus tard, après avoir aidé à obtenir ma libération, ils m'ont demandé de signer une lettre d'aveux pour mes crimes. Cette lettre indiquait que j'avais manqué de respect aux femmes du Bassidj, que je les avais ennuyées et que j'avais sorti un couteau lors d'une bagarre, entre autres actes méprisables.

« Le mari de ma sœur s’y est opposé. Il a déclaré aux policiers : « Vous avez vu cet homme, ce sont de fausses accusations ! Il ne va pas signer cela ». Ils ont répondu : « Soit il le signe et nous le laissons partir, soit nous vous emmenons tous les deux. »

« Avant qu'il ne puisse nous causer plus de problèmes, j’ai juste signé le papier. »

À ce stade de la discussion, la sœur de Kurush, Golnar, qui était dans une pièce voisine, passe devant et s’interpose.

« Je ne savais pas », me dit-elle. « Je pensais qu'il n'était qu'un peintre. Aucun de nous ne le savait.

« Dès qu'il a été emmené, nous sommes allés au poste de police et nous l'avons trouvé menotté, enchaîné avec trois autres [Kurush explique plus tard que les quatre faisaient partie du même groupe de vendeurs de drogue].

Golnar poursuit : « Il nous a dit de partir parce que nous ne connaissions pas l'histoire ; il devait réparer cela lui-même. Il a été envoyé au tribunal révolutionnaire. Je lui ai demandé : « Pourquoi ne m'as-tu pas dit que tu faisais ça ? ».

Quand je suis rentré à la maison pour voir sa femme, on a sonné à la porte. « Agha Kurush est-elle ici ? », m'a demandé un homme. Je lui ai dit : « Non, ils l'ont emmené. »

« L’homme a répondu : « Je lui ai donné de l’argent pour Mavad. Je veux ma drogue ». Je lui ai dit de partir et il l'a fait - mais il est revenu plus tard, demandant à nouveau sa drogue. Il ressemblait à un toxicomane, mais j'ai réalisé par la suite qu'il aurait pu être policier. Nous étions en état de choc à ce moment-là et nous n’avions pas les idées claires. »

Plus tard, Golnar et Amira, l'épouse de Kurush, ont inspecté la cuisine, au sous-sol de la maison, et ont trouvé un petit sac d'héroïne dans la chaudière. Si la police avait amené un chien renifleur ou avait regardé de plus près, cela aurait scellé le sort de Kurush.

Ils ont remis les drogues à l'homme à la porte et lui ont dit de partir - encore une fois, raconte Golnar avec horreur, sans se demander s'il aurait pu être un agent infiltré.

Elle se retire et Kurush poursuit son histoire. Il est détenu au tribunal révolutionnaire pendant un mois et est battu et torturé pour obtenir des informations sur l'origine de la drogue. Mais lui et les autres « sont restés fidèles à leur histoire », dit-il, et ont dit aux officiers que c'était la première fois qu'ils dealaient. Il a finalement été condamné à dix ans de prison.

Interrogé sur la façon dont il a été torturé, Kurush me dit : « Nous l'avons appelé le style Joojeh Kebab. »

« Ils prennent une longue tige et vous font vous accroupir, les mains menottées. La tige passe sous vos genoux et ils vous placent sur deux tables pour que votre poids fasse monter les pieds en l'air et que votre tête soit dirigée vers le sol.

« Ils ont utilisé des câbles pour me frapper les pieds et le corps. Une fois pendant la torture, ils m'ont cassé les dents.

« La façon dont la police opérait était qu'elle faisait avouer une personne ; cette personne donnait le nom de la prochaine personne impliquée, qui donnait le nom d'une autre, et ainsi de suite. De cette façon, ce qui a commencé par une arrestation pour un gramme de drogue a abouti à 100 kilos. Lorsque j'étais en détention préventive, 30 personnes impliquées dans la même chaîne d'approvisionnement avaient toutes été arrêtées de cette façon et s'étaient rendues les unes aux autres. À la fin, ils les ont tous exécutés.

« Finalement, j'ai été envoyé en prison. J'ai vu tellement de drogues en prison : vente et consommation. Les gardiens les apportaient, ou les prisonniers avalaient des préservatifs avec de la drogue à l'intérieur et les amenaient pendant leur libération temporaire pour voir leur famille. »

Kurush a pu obtenir une réduction significative de sa propre peine grâce à sa bonne conduite et, par chance, en rejoignant la "chorale révolutionnaire" de la prison.

« Nous chantions du Bassidj et d'autres chants révolutionnaires », explique-t-il. « Un jour, le chef de la chorale est descendu alors que nous étions filmés en train de chanter. Il était si heureux de notre performance qu'il a dit qu'il nous gracierait tous. Et ainsi, ma peine a été réduite de 10 ans à moins de trois.

« Un homme de la prison m'a interviewé avant ma libération. Il m'a demandé : « Pourquoi vous êtes-vous embarqué dans ce genre de choses ? » J'ai répondu : « A cause de la pauvreté. »

Un matin, dit Kurush, les gardiens de prison sont venus lui dire qu'il était libre. Ce soir-là, c'était le troisième nom à être appelé pour être libéré sur l'interphone de la prison.

« J'ai pleuré quand j'ai entendu mon nom », dit-il. « Je n'ai jamais raconté toute cette histoire à personne d'autre, pas même à ma soeur. Quand j'ai été libéré, je n'ai jamais regardé en arrière. »

« Ma réputation était en lambeaux. Si nous n’avions pas eu la maison de mon père pour vivre, je ne sais pas ce qui serait arrivé à ma famille. Même si je meurs de faim, je me suis promis de ne plus jamais me mêler de ces choses-là. Même si je ne gagne pas beaucoup d'argent, je n'y retournerai jamais. »

L’aile pénitentiaire de Kurush avait été réservée aux délinquants toxicomanes. Des centaines de personnes enfermées là-bas, dit-il, presque toutes sont devenues toxicomanes à l'intérieur, si ce n'était pas déjà fait. Il était l'un des rares à ne pas l’être.

« A l'extérieur de la prison, dit-il, il faut attendre un certain temps avant de pouvoir mettre la main sur de la drogue. En prison, c'était là. Vous demandiez à quelqu'un et il vous le donnait directement.

« Ils ont essayé de me faire avaler quelques centaines de grammes et de les ramener à l'intérieur quand j'étais en congé temporaire. J'ai dit que ça ne m'intéressait pas. Des hommes se sont vendus en prison pour de la drogue.

« Ils ont des visites conjugales, avec une pièce spéciale que les couples utilisent pour avoir des relations sexuelles. La femme venait par exemple pendant deux jours et faisait entrer clandestinement de la drogue à l'intérieur, après l'avoir avalée. Ils m'ont demandé si je voulais avoir la chambre pour ma femme, mais je ne voulais pas qu'elle vienne ici pour voir l'environnement, alors j'ai refusé l'offre.

« Un homme a dit à sa femme d'apporter de l'argent en prison pour qu'il puisse acheter de l'héroïne à l'intérieur. Sa femme lui a répondu qu'ils n'avaient pas d'argent et a demandé à son mari : « Veux-tu que je sois obligée de me vendre pour cela ? et l'homme lui a répondu qu'elle devrait le faire, si cela pouvait lui rapporter de l'argent.

« Pendant le mois au tribunal révolutionnaire, ils avaient dit à mon père et à ma femme qu'ils me libéreraient si j'allais acheter un ou deux kilos d'héroïne, pour identifier les personnes qui nous fournissaient. Ils ont essayé de convaincre mon père de me persuader. Quand il a essayé, je lui ai dit qu'il ne comprenait pas ; ce serait comme attacher une corde autour de mon cou.

« Beaucoup de ceux qui sont sortis de prison ne faisaient que commencer leur carrière criminelle. Les autres avec qui j'ai été attrapé ont continué quand ils sont sortis. »

Interrogé sur l'origine des problèmes actuels liés à la drogue en Iran, Kurush répond : « Le système est corrompu. Au-dessous du viaduc de Pol-e Modiriat à Téhéran, ils disent y vendre 15 kilos de méthamphétamine et d'héroïne chaque jour. Ceux qui dirigent l'endroit donnent 30 millions de tomans à la police chaque semaine pour les laisser tranquilles. De temps en temps, la police arrête 30 ou 40 toxicomanes, mais c'est juste pour le spectacle. »

Dès que Kurush est sorti de prison, il a acheté une nouvelle voiture et a commencé à travailler comme chauffeur de taxi, ce qu'il a fait depuis. Il n'a jamais touché à la drogue lui-même.

En dessous du pont Pol-e Modiriat à Téhéran, on dit qu'on y vend 15 kilos de méthamphétamine et d'héroïne chaque jour. Ceux qui dirigent cet endroit donnent chaque semaine 30 millions de toman à la police pour qu'elle les laisse tranquilles. De temps en temps, la police arrête 30 ou 40 drogués, mais c'est juste pour la forme".

Dès que Kurush est sorti de prison, il a acheté une nouvelle voiture et a commencé à travailler comme chauffeur de taxi, ce qu'il fait depuis. Il n'a jamais touché à la drogue lui-même.

« L'autre semaine, se souvient-il, une dame est montée à l'arrière. C'était une jeune et jolie fille. Elle m'a dit de lui donner 100 000 tomans (22 euros), et que nous allions acheter de la shisheh [méthamphétamine], et que je pourrais alors la disposer d’elle jusqu'au matin.

« Une autre fille a sorti une pipe à méthamphétamine et a commencé à fumer à l'arrière de ma voiture. J'ai dit : « Que faites-vous ? » Et elle a répondu : « Concentrez-vous sur la conduite. »

Nous nous asseyons et commençons à éplucher les gousses d'ail à la main, pour les faire mariner dans de grands bocaux en verre avec du vinaigre. Alors que nous travaillons, Kurush commence à raconter un dernier - plus récent – démêlé avec la loi.

« Il y a quelques années », me dit-il, « je me suis fait prendre sous un pont ici à Téhéran en train de boire de l'alcool avec quelques-uns de mes collègues chauffeurs de taxi. Heureusement, ils n’ont pas découvert que nous étions chauffeurs de taxi ; s'ils l'avaient fait, ils auraient saisi nos permis et nos voitures. J'étais confronté à deux options : la prison et une lourde amende, ou 80 coups de fouet.

« Ils avaient ce lit où ils retenaient les gens, face cachée. C'était moi et un collègue là-bas. Je leur ai dit : « Ecoutez, vous n'avez pas besoin de m’attacher les mains. » Ils ont répondu : « Mais vous allez essayer de vous enfuir si nous ne le faisons pas », et je leur ai dit : « Vous pouvez me faire confiance, je ne le ferai pas. »

« J'ai tenu le coup du premier au quatre-vingtième coup de fouet. Mon ami a dit qu'il ne fallait pas lui attacher les mains non plus, mais après le premier coup de fouet, il a crié et a essayé de s'enfuir. Ils l'ont attrapé, bien sûr, et l'ont vraiment battu, lui donnant des coups de pied et des coups de poing.

« Ensuite, ils m'ont demandé : « Comment se fait-il que tu n'aies pas fait un seul bruit ? Je leur ai répondu : « Ce n'était rien. J'étais à Evine. »

Source : IranWire