Pin It

protestations novembre 2019 iranCSDHI - Une route est bloquée par des manifestants après que les autorités ont augmenté les prix de l'essence, à Téhéran, en Iran, samedi 16 novembre 2019.

Amnesty International affirme que les familles des plus de 300 personnes qui ont été tuées par les forces de sécurité iraniennes lors de la répression « impitoyable » des manifestations antigouvernementales de novembre continuent de subir « un harcèlement et une intimidation intenses » de la part des autorités alors qu'elles demandent justice.

Cinq jours de manifestations ont éclaté en Iran le 15 novembre après l'annonce par le gouvernement d'une hausse des prix du carburant.

Amnesty International a recensé 304 hommes, femmes et enfants tués par les forces de sécurité pendant les manifestations, mais elle estime que le nombre réel est plus élevé.

De nouvelles recherches ont conclu que l'utilisation de la force meurtrière contre la grande majorité des 304 victimes recensées était illégale, a déclaré le 20 mai l'ONG défenseur des droits humains basée à Londres.

Dans presque toutes les manifestations, il n'y a aucune preuve que des personnes étaient en possession d'armes à feu ou qu'elles représentaient une menace imminente pour la vie qui aurait justifié l'utilisation de la force mortelle, selon les recherches menées par le groupe.

Il a cité deux exceptions dans la ville de Mahshahr, dans la province du Khouzistan, où des coups de feu ont été échangés entre les manifestants et les forces de sécurité. Ces violences ont entraîné la mort d'un membre du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdarans) et d'un officier de police.

« Le fait que tant de personnes aient été abattues alors qu'elles ne représentaient aucune menace montre l'impitoyabilité des forces de sécurité dans leur campagne d'homicides illégaux », a déclaré Philip Luther, directeur du programme de recherche et de sensibilisation d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Six mois après la répression, les autorités iraniennes n'ont toujours pas publié de bilan officiel des morts et "les familles dévastées des victimes poursuivent leur lutte pour la vérité et la justice tout en étant confrontées à un harcèlement et à une intimidation intenses de la part des autorités", a ajouté M. Luther.

Cette "impunité" accordée aux forces de sécurité "permet la réapparition de la force meurtrière pour écraser la dissidence", a-t-il ajouté, réitérant l'appel d'Amnesty aux membres du Conseil des droits de l'homme des Nations unies pour qu'ils "ordonnent une enquête sur les meurtres et identifient les voies de la vérité, de la justice et des réparations".

Les 304 victimes ont été tuées dans 37 villes dans huit provinces de l'Iran, ce qui reflète "la nature généralisée de la répression", selon la déclaration.

Les banlieues pauvres autour de Téhéran ont été les plus touchées, avec au moins 163 décès enregistrés. Les provinces occidentales du Khouzistan et du Kermanshah, peuplées de minorités, ont également été durement touchées, avec respectivement 57 et 30 morts.

Les victimes sont 236 hommes, 10 femmes et au moins 23 enfants ; Amnesty International ignore le sexe des 35 victimes restantes.

Cette photo publiée par l'agence de presse des étudiants iraniens, ISNA, montre une station-service qui a été brûlée lors de manifestations qui ont suivi la décision des autorités d'augmenter les prix de l'essence, à Téhéran, Iran, le 17 novembre 2019.

Dans tous les cas sauf quatre, les victimes ont été abattues par les forces de sécurité iraniennes - y compris les pasdarans, les forces paramilitaires du Bassidj, et la police – « tirant des balles réelles, souvent à la tête ou au torse, indiquant qu'ils tiraient pour tuer ».

Deux autres victimes auraient subi des blessures mortelles à la tête après avoir été battues par des membres des forces de sécurité, et deux autres ont été enregistrées comme ayant suffoqué à cause des gaz lacrymogènes.

Plus de 220 des décès enregistrés ont eu lieu en deux jours - les 16 et 17 novembre.

Pour mener ses recherches, Amnesty a déclaré avoir recueilli des preuves à partir de vidéos et de photographies, de certificats de décès et d'enterrement, de récits de témoins oculaires et de parents et amis des victimes, ainsi que d'informations recueillies par des militants des droits de l'homme et des journalistes.

Pendant et après les manifestations, elle a déclaré que des milliers de manifestants ont été détenus « arbitrairement » et que beaucoup ont été victimes de « disparitions forcées, de torture et d'autres mauvais traitements, ainsi que de procès inéquitables. »

Source : VOA